mercredi 17 novembre 2010

DANS LE RESPIR COMMUN...Extrait

      Ce n’est pas d’écrire qui est difficile, c’est de le faire sans mentir. Le courant de la vie nous porte vers la nuit. Une même génuflexion sert à prier ou épauler son arme. L’amour est fusillé d’une prière ou d’une balle. La moindre des caresses est fusillée des yeux. La soif des enfants est fusillée de flashs. Les yeux des malheureux font vendre les journaux. Je n’ai que mon crayon à opposer au crime, mon cœur d’enfant fou, un Don Quichotte de foire devant les éoliennes, quelques mots sur la page comme des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 13 mars 2010

UMAR TIMOL

Plonger en soi, trouver les mots, s’en aller, ne pas s’arrêter, puiser dans les mots, en soi ou ailleurs, peu importe d’où ils viennent, écrire ainsi, aube fracturée, nuit assagie, où, quand, comment, peu importe, il faut écrire, se laisser porter par la grande vague, la déferlante des mots, la déferlante de la musique, écrire, il faut ciseler ces terres encore arides, il faut les ciseler, en extraire lave et silex, aplanir la matière qui te tente, démonter la mécanique de la peur, il y a là-bas en toi, des rythmes saturés de toutes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 3 janvier 2010

L'HOMME RAPAILLE ...Extrait

« Et je m'écris sous la loi d'émeute je veux saigner sur vous par toute l'affection j'écris, j'écris à faire un fou de moi à me faire le fou du roi de chacun volontaire aux enchères de la dérision mon rire en volées de grelots par vos têtes en chavirées de pluie dans vos jambes » .  . . GASTON MIRON . . .  
Posté par emmila à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 3 juin 2009

COMME UNE BLESSURE...

« si j'écris c'est pour que ma voix vous parviennevoix de chaux et sang voix d'ailes et de fureursgoutte de soleil ou d'ombre dans laquelle palpitent nos sentiments si j'écris c'est pour que ma voix vous arracheau grabat des solitaires, aux cauchemars des mursaux durs travaux des mains nageant dans la lumière jaune du désespoir si j'écris c'est pour que ma voix où roulent souvent des torrents de blessuress'enracine dans vos paumes vivantes, couvre les poitrines d'une fraîcheur de jardinbalaie dans les villes les fantômes sans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 25 mai 2009

LA LUMIERE ET L'EXIL....Extrait

Pour écrire ma mémoire qui se brise quels oiseaux faut-il que j'appelle il y en a qui flambent dans les branches il y en a qui s'endorment dans l'encre de la nuit et ceux qui font le silence du lac et ceux qui se prennent pour des becs de pierre. Pour écrire ma main qui applaudit je dis le sombre soleil prisonnier des murs la roue qui traverse la fourrure de l'été la fougère devenue par hasard alcool rouge et encore le pollen d'une inconnue. Pour écrire le visage de la jeune fille j'ai des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 23 mai 2009

L'EQUILIBRE EN FLAMMES....Extrait

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:SimSun; panose-1:2 1 6 0 3 1 1 1 1 1; mso-font-alt:宋体; mso-font-charset:134; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 135135232 16 0 262145 0;} @font-face {font-family:Georgia; panose-1:2 4 5 2 5 4 5 2 3 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} @font-face {font-family:"\@SimSun"; panose-1:2 1 6 0 3 1 1... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 27 novembre 2008

J'ECRIS...

" J'écris peut-être pour maintenir l'ouverture de la source, même si je ne peux la découvrir. [...] Ce n'est pas pour parler que j'écris, mais pour entendre. [...] J'accueille dans sa nudité douloureuse ce qui est sans nom ni figure. " .   ANTONIO RAMOS ROSA   .   Oeuvre Lumi    
jeudi 13 novembre 2008

CA SUIT SON COURS...Extrait

"Nous partons toujours du texte écrit pour revenir au texte à écrire, de la mer à la mer, du feuillet au feuillet. Le navire, c'est peut-être aussi le vocable obsessionnel pris dans les raies de nos lumières, entrevu, suivi, puis disparu et qui continue de nous hanter, comme il hante le rectangle de papier ou cette partie d'océan blanchie par son passage ; l'écume étant bave de blessure.Faisceau de feu ! J'ai, toujours dans mon esprit, rapproché de l'image du gardien du phare, celle du sapeur-pompier au bout de son échelle : l'un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 1 septembre 2008

ECRIRE

  Écrire. Écrire pour obéir au besoin que j'en ai.   Écrire pour apprendre à écrire. Apprendre à parler.   Écrire pour ne plus avoir peur.   Écrire pour ne pas vivre dans l'ignorance.   Écrire pour panser mes blessures. Ne pas rester prisonnier de ce qui a fracturé mon enfance.   Écrire pour me parcourir, me découvrir. Me révéler à moi-même.   Écrire pour déraciner la haine de soi. Apprendre à m'aimer.   Écrire pour surmonter mes inhibitions, me dégager de mes entraves. ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 15 janvier 2008

L'ECLAT...Extrait

"Le poème ne se mesure pasà sa longueur, mais àsa capacité à engendrer,hors de toute mesure, la durée. Dialogue avec le corpsdans le corps, dans la matièrecorporelle (âme-corps) comme totalité.Écrire depuis l'attente,non à partir du dire,mais de l'écoute de ceque les mots vont dire." . JOSE ANGEL VALENTE L'éclat (1984) Weboscope mesure d'audience, statistiques, ROI Classement des meilleurs sites et positionnement
Posté par emmila à 12:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,