vendredi 3 juillet 2015

ARAGON

Le pré d'argent près de Séville,L'armoise autour d'Alméria,Et les monts comme un jeu de quilles,Sur les collines de jonquilles,Ou Grenade s'agenouilla* [...]Ecoutez pleurer en vous-même,Les histoires du temps passé,Le grain terrible qu'elles sèment,Mûrit de poème en poème,Les révoltes recommencées. . LOUIS ARAGON .   Photographie Nathalie Magrez      
Posté par emmila à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 26 juin 2014

JEAN DIHARCE

Parfoison peut laisser des bouts de vienul ne me contestera d'y être en ma maisonen ce pays où j'ai racineon pélerine quelquefoisles coquilles ont des jacques qui se replient au cielon se fait des mémoires comme on offre un bijouon monte un peu plus hautdes chardons en montagnesun nom imprononçableune église en vertigedes torrents qui protestentet au-delàl'Espagnequi se défait des mainsà trop avoir saigné .   JEAN DIHARSCE   .        
Posté par emmila à 14:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 21 novembre 2013

EL SACROMONTE DE GRANADA 1962...Extrait

Posté par emmila à 17:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 20 janvier 2013

L'HAM DE FOC

Posté par emmila à 15:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 12 janvier 2013

MEURTRE DU ROSSIGNOL

 Le chœur - Première femme - Deuxième femme - Troisième femme   Le Chœur   Il ne chante plus le rossignol Maintenant il dort Dans son éternité de cailloux et de racines Et son cœur glacé a la forme d’une guitare   Première femme   Chaque parole de sa bouche d’or Avait la saveur d’un fruit du printemps Ses caresses brûlaient le corps des amantes Et le flot de ses baisers Animait dans nos veines des roses de feu.   Deuxième femme   Je me souviens de la grâce de ses cheveux Si j’avais la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 25 juin 2012

RITOURNELLE POUR MAÏDER

De Pamplona à la Sierra del PerdónChemine, chemineCe que siffle le ventDe la Sierra del Perdón à Puente-la-ReinaChemine, chemineCe que racontent les pierresDe Puente-la-Reina à la Bodega de LorcaChemine, chemineCe qu'invente la lumièreDe la Bodega de Lorca à EstellaChemine, chemineDans le sourire de MaiderDans le sourire de MaiderChemine, chemineChemineraJusqu'à la fin des terres . DOM CORRIERAS .
Posté par emmila à 21:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 4 décembre 2011

CANCION DE GRIMAU

He conocido el crimen una mañana, color tiene mi pena de sangre humana sólo nubes y polvo lo presenciaron, Julián Grimau, hermano, te asesinaron, te asesinaron. Ya no nace en la tierra ni un pensamiento que no lleve esta pena dentro del cuerpo del dolor de mi pueblo nace mi canto cuerda de mi guitarra sois compañeras de nuestro llanto Malditos los que dicen de la venganza, mientras mueren los pueblos por la esperanza. Silencio de mi tierra que amargo suena las piedras del camino hoy sangre llevan, hoy sangre llevan. Nacerá trigo... [Lire la suite]
mercredi 16 novembre 2011

DITES MOI A QUOI RESSEMBLE UN ARBRE...Extrait

Mon péché est terrible : j’ai voulu remplir d’étoiles le cœur de l’homme. Et pour cela, derrière les barreaux, en vingt-deux hivers j’ai perdu mes printemps. Prisonnier depuis l’enfance et condamné à la mort, la lumière de mes yeux dessèche sur les pierres. Mais pas l’ombre d’un archange vengeur dans mes veines : L’Espagne n’est que le cri de ma douleur qui rêve. . . . MARCOS ANA . . . . Anti-Franquisme Marcos Ana, Quichotte vivant Par Cristina Castello   Dites-moi ce qu'est un arbre/Dites-moi le chant d'une... [Lire la suite]
vendredi 26 août 2011

L'OMBRE DU VENT...EXTRAIT

Je me souviens encore de ce petit matin où mon père m'emmena pour la première fois visiter le Cimetière des Livres Oubliés. Nous étions aux premiers jours de l'été 1945, et nous marchions dans les rues d'une Barcelone écrasée sous un ciel de cendre et un soleil fuligineux qui se répandait sur la ville comme une coulée de cuivre liquide. - Daniel, me prévint mon père, ce que tu vas voir aujourd'hui, tu ne dois en parler à personne. Pas même à ton ami Tomás. A personne. - Pas même à maman ? demandai-je à mi-voix. Mon père soupira, en se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,