lundi 31 août 2020

THIERRY MATHIASIN...Extrait

Ils seront de ceux qu'on a entrevus mais jamais connus Des apparitions parmi les êtres qui se cherchent encore une identité Des étoiles filantes sur la lame des nuits calcinées Monstres nageant dans le liquide fantasmé des vraisemblances Enfants porteurs d'une saison sans soleil Jouant de la pantomime avec la mort qui a des airs de jeunes filles éconduites Ils iront voir si les statues méritent les racines où elles se sont dressées injurieuses Les veuves pleurer sur les trottoirs laissés aux commerces putassiers Pas... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

lundi 21 mai 2018

LE PASSANT D'ARGILE...Extrait

Je ne sais pas devenir. Je ne sais pas réussir. Je suis depuis toujours cette même question posée à la vie et ce que le poème répond.Je cherche au travers du bruit froissé des mots le chemin d'un silence. Mais je ne suis pas écrivain, ni bavard, je suis inquiet. Je suis de l'inquiétude des pauvres gens, de leurs cités et pour sûr maintenant Je ne serai plus jamais poli J'ai tant de temps d'enfance à rattraper. Je ne sais pas devenir, je suis des passants Et nous arpentons le même décor grotesque et... [Lire la suite]
dimanche 7 janvier 2018

ON M'APPELLE " SANS-PAPIERS

On m’appelle sans papiersPourtant j’avais pris soin de me munir de feuilles vertesComme une offrande à la forêt lointaineMais la forêt grondait comme une jungleJ’avais pris soin de me plier dans les coinsDe n’habiter nulle partEt de courtiser les trottoirsDe bien tendre la main aux guichetsDe me fondre dans la nuit du métroMalgré toutOn m’appelle sans papiersConnaissez-vous la minorité visible d’un sans papiersCela ressemble à l’invisibleAux contrôlesAux refoulésJe vis ma vie de rats dans les égouts du malheurJ’habite au fond de... [Lire la suite]
jeudi 9 novembre 2017

A PEINE DEFIGUREE

Adieu tristesse, Bonjour tristesse. Tu es inscrite dans les lignes du plafond. Tu es inscrite dans les yeux que j'aime Tu n'es pas tout à fait la misère, Car les lèvres les plus pauvres te dénoncent Par un sourire. Bonjour tristesse. Amour des corps aimables. Puissance de l'amour Dont l'amabilité surgit Comme un monstre sans corps. Tête désappointée. Tristesse, beau visage.     .     PAUL ELUARD   .    
Posté par emmila à 20:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 12 septembre 2017

BABEL, BABYLONE...Extrait

Je dirai un jour prochain la haute magie des maisons de terreJe dirai leur charme naturelJe dirai leur climatJe dirai leur douceur de roséeJe dirai la grande rosaceEt sa fraîcheur termitièreJe dirai la région divine en ellesOùni pouxni bellesni poubellesne vicientl’airdu bon dieu Car des bondieuseries occupent nos têtesMais le paysage n’en a cureIl n’est même pas païenIl n’est même pas chrétienEt pas même musulmanIl est infini à la mesureDe l’amour qui nous consumeVivre savammentMourir avec le sourireQuelle rime tristeJ’éclaterai... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
vendredi 7 juillet 2017

HADES EN MANGANESE...Extrait

Vent dans les marronniers. A faire éclater les bogues – piquants, duvet. Artaud se brisant sous l’électro-choc, comme si pour chier du sang par le nombril il avait dû passer au gril à fond. Qui n’est en traitement chez La Mort, la servante Perséphone ? Qui ne rayonne de tout ce qu’il a fait sortir de son accordéon de roc rouillé ? Quand nous rentrons en nous-mêmes, les ratures font d’étranges nourrissons. Les traces forment des entrelacs – fugue fœtale à la Giacometti, langes de retraits et de recommencements. Le fait d’écrire... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 1 février 2017

Ô TEMPS ETROIT… Ô VASTE TERRE...Extrait

Et vous… que faites-vous de nous ?Vous…Tant de tristesses calculées, de mornes sourires !Et nous… que faisons-nous ? possédons-nous ?Nous regorgeons de temps pour tirer sur les papillons, les nuages et les idées neuvesregorgeons d’espace pour les bastilles, les cercueils et les cimetières d’enfantsdétenons grands sanglots et très intimes secretstitres de livres mauvais parlant d’amour, élevage de poulets et fleurs interditesMais vous… que faites-vous de nous ?Et nous… que possédons-nous ?A voir les belles mallettes pour contrats de... [Lire la suite]
lundi 23 janvier 2017

SALAH STETIE...Extrait

Ô monde... Avec la beauté de tes mers, Tes latitudes, tes longitudes, tes continents Tes hommes noirs, tes hommes blancs, tes hommes rouges, tes hommes jaunes, tes hommes bleus Et la splendeur vivace de tes femmes pleines d'yeux et de seins, d'ombres délicieuses et de jambes Ô monde, avec tant de neige à tes sommets et tant de fruits dans tes vallées et dans tes plaines Tant de blé, tant de riz précieux, si seulement on voulait laisser faire Gaïa la généreuse Tant d'enfants, tant d'enfants et, pour des millions d'entre... [Lire la suite]
samedi 6 août 2016

JEAN-MARC LA FRENIERE...Extrait

Il n’y a que l’homme pour faire une potence d’un arbre le plus beau, en chasser les oiseaux pour en faire une croix. La joie se heurte aux hommes. La haine a le champ libre. Ils se battent pour elle. Longeant le précipice du monde, je me raccroche à la ténacité des plantes. Je lance des mots à tout hasard pour sonder l’infini. On les entend cogner contre un mur invisible. La beauté n’a pas besoin qu’on la regarde. Elle nous prend par la main. Le geste le plus banal devient une caresse. Les bras du quotidien soulèvent l’espérance. Il... [Lire la suite]
mercredi 27 juillet 2016

HUMBLE FRESQUE DES CONSOLATIONS DU MONDE

Des Christ Des suaires Des prophètes Des arbres rouges d'oiseaux Flottent dans l'attente, Don Quichotte Les apôtres Des cantiques Des baies rouges Des branches de buis Le rituel dérisoire et toujours répété de la croyance en la tendresse humaine L’enfant, l’oiseau, les loupsPar-dessus les pleurs, il reste l’amour Du plus ordinaire des jours En plus simple apparence, l’ange Se pose sur les mains jointes Comme on voit près de l’arbre décimé Un corbeau solitaire dépecer la misère humaine Comme on lit les prières arrachées aux... [Lire la suite]