mercredi 5 janvier 2022

LE CHANT DE L'ARBRE DE VIE

« Ce chant mystérieux né sur l’arbre de vie, tu l’entends bruire aussi au plus secret de toi dès qu’il traverse à l’aube l’espace clair-obscur où chaque arbre en vibrant de la racine aux cimes, pris avec les saisons dans sa danse mortelle, tient le monde captif sous sa terrible étreinte ; nous naîtrons pour durer, pour mourir avec lui, portés par sa ramure où fleurit la lumière dont la rumeur se fait parole humaine dans le vent : Ce chant, qui est le feu du cœur, l’arbre de vie… » . . . . . CLAUDE VIGEE .... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 1 janvier 2022

AIMER À RÉINVENTER LA RAISON

. À toi, comme un miroir d’eau capiteux en ses ondes, l’amour se confond. Lorsque ton regard filtre de par l'immense faveur du sentiment impérieux chaque larme de mes rayons, intensifiant l’ardeur de mes pulsions, pendant que sur ta bouche étincellent à la fois le sublime et la séduction, l’amour se secoue, se fortifie et envers toi, il fait foi. Quand une larme dulcifiée quitte tes yeux pour humecter tes lèvres comme l’or en nœuds de grains luisants dans le goulet de l’orfèvre, par l’empreinte de ton cœur sur le mien qu’en... [Lire la suite]
lundi 15 novembre 2021

ETERNEL RETOUR

  « Cette vie est ta vie éternelle, car tout est éternel retour. » Ces parcelles de monde, ce délire tangible, ces troublantes énigmes bruissant au fond des choses , tous ces petits hasards cruels ou bienveillants, entrent dans tes desseins & deviennent ton monde.   Quand tu deviens celui qui sait que tout devient, qui sait qu'est seulement ce qui toujours revient,   la feuille, la brindille, l’épeire, le peut être, le pouls sensible... [Lire la suite]
Posté par emmila à 03:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 6 novembre 2021

NIMU...Extrait

Les temples, les églises, les synagogues ou les mosquées  étaient désaffectées depuis longtemps mais on les laissait ouvertes pour que les bêtes en divagation y trouvent un refuge. On ne savait pas à quel principe, à quel commandement ou à quelle coutume, cette mise à disposition faisait  référence. On ne comprenait pas plus la tendance instinctive des troupeaux à occuper les édifices religieux.  Le grand œil planétaire lui-même, qui reflète et recense les vivants et les morts était indifférent à ces phénomènes. À... [Lire la suite]
mercredi 27 octobre 2021

PAYSAGES ET PORTRAITS

  En pensées avec Lorelei qui fête ses trois ans aujourd'hui . . Les souvenirs de Saint-Sauveur toujours intacts Une mémoire infaillible guide mon souvenir qu'à travers le jardin de mon enfance. Demandez-moi de vous dire la forme et la couleur d'une seule feuille de ces giroflées marron, que la gelée et la neige confisaient, chaque hiver, dans le jardin, et qui ressemblaient, cuites de froid sur la terre blanche, à de pauvres salades ébouillantées…  Demandez-moi si la glycine, vieille de deux siècles, fleurissait deux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 26 septembre 2021

PATRICK CHEMIN...Extrait

Si tu me donnes un mot, j’en ferai une forêt. Tous les arbres contiennent la mémoire du livre que j’écrirai pour toi. Si tu me donnes un mot, je franchirai le vitrail. Toutes les gargouilles contiennent la foi du poème que j’écrirai pour l’incarnation de ton corps. Si tu me donnes un mot, je soufflerai sur le dromadaire de l’imaginaire. Et tu n’auras plus soif. Tous les sables du désert contiennent l’étoile diaprée du silence que j’écrirai pour toi. Si tu me donnes un mot, je pourrai rentrer dans l’atelier de ton âme. Et les toiles... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mercredi 22 septembre 2021

PAT RYCKEWAERT...Extrait

Tendresses d’automne à parfumer le jour dans les plis la mémoire, les doigts langue des sous-bois, des pommes amours pourrissantes et sucrées le poème et la terre flamboient l’autre adoré est humus excès de tanin, grains de folie le vin sera meilleur demain on se souvient l'ardente mélancolie à vouloir la douceur. Le chagrin peut bien planer au-dessus de nous comme un oiseau de proie « On est heureux » Toi l’âme-frère, éraflé de partout les yeux mouillés, tu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 12 septembre 2021

LA SEMENCE

Je porte la présence d’une morte, sa semence vivante. Elle me redonne souffle. Je porte sans comprendre son âme dans mes mots. Je porte dans ma voix les hurlements d’un loup. Ma mère chante en moi. Mes enfants cognent du poing aux parois de mon ventre. Je porte Alice traversant le miroir, le petit cheval de Jammes, l’âne affamé de Prévert, le sang séché sur la lyre d’Orphée. Je porte l’espérance de la pierre à la plante, le rire du saumon dans les frayères de larmes, la rumeur des légendes dans nos étés en friche. Le tableau noir du... [Lire la suite]
dimanche 12 septembre 2021

THIERRY MATHIASIN...Extrait

Des fleurs ont atténué le bruit des gouttes de sang, la rosée qui survit à la brutalité des sols, des chutes douloureuses que des mains cruelles ont bâties comme des couteaux, la plaie qui s'ouvre dans les rêves qu'on a faits un jour de pluie, les rivières qui parlent le même langage quand on sent monter en soi les effluves d'un amour défunt, l'éblouissement portait malgré lui un masque de vie ancienne, fossiles de la plus belle saison de bourgeons, plaisir pourtant de voir naître un soleil inconsolable, son chemin parmi les... [Lire la suite]
samedi 11 septembre 2021

PATRICK CHEMIN...Extrait

Le silence s’efface lentement sur la terre où nous passons. Il reste l’indulgence et la compassion des forêts. Il reste un arbre tout en haut de cette colline de pardon. Et si nous prions, c’est pour des dieux de terre mais la prière est précaire. Il nous reste l’imaginaire des anges. Cet amour végétal, au plus profond de nous-mêmes, qui pose sa tête sur l’épaule des solitudes. Le silence magnifie les branches et le texte de l’écorce. C’est ta vie que tu versifies dans la pluie traversière. Tu te dois de lui donner la musique la plus... [Lire la suite]