mercredi 12 octobre 2016

NE T'EXCUSE PAS...Extrait

Pour notre patrie, proche de la parole divine, un toit de nuages. Pour notre patrie, distante des attributs du nom, une carte de l'absence. Pour notre patrie, petite comme un grain de sésame, un horizon céleste...et un abîme caché. Pour notre patrie, pauvre comme les ailes de la grouse, des Livres saints...et une blessure à l'identité. Pour notre patrie, aux collines assiégées déchiquetées, les embuscades du passé nouveau. Pour notre patrie, butin de guerre, le droit de mourir consumée d'amour. Pierre précieuse dans... [Lire la suite]

jeudi 21 juillet 2016

ETOILE D’ÉMERAUDE ET DE REVOLTE POUR LE CAMARADE

A Joël Rufino dos Santos   Je ne veux pas faire un poème.Ce que je veux c’est allumer une étoilepour alimenter l’espérancede Joël, un camaradeprisonnier parce qu’il aimaitpenser et parler,raconter une histoire nouvelle,celle dont le crime insupportableest d’être simplement l’Histoire.C’est une étoile faite d’amour.Même si se multiplient ses rayonsqui déchaînent la révolte,en son centre coulent des fleuvesde tendresse et de joie.Mais qui aurait dit, Joël,qu’un jour l’amour de cette patrieaurait un goût de fiel.Que cette étoile... [Lire la suite]
vendredi 23 mai 2014

CHANT DE L'AMOUR ARME...Extrait II

Le matin avançait dans le vent de l'été, soudain, l'évènement. Mieux vaut ne pas dire qui ce fut ni comment, parce qu'une autre histoire vient, qui, elle, restera. Cela s'est passé aujourd'hui, ici, sur la terre de la patrie, où le vote, secret comme un baiser dans un amour naissant, et universel comme un oiseau qui vole-le vote a toujours été un droit, et un devoir sacré. Soudain il cessa d'être sacré, soudain il cessa d'être un droit, soudain il cessa d'exister, le vote. Il cessa d'être absolument tout. Il cessa... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 21 octobre 2012

BASSE MER

 Aux ciseaux je me coupai de l’alphabet Je me châtrai de ma patrie d’encre et de sève Sans où et sans rien dans ce Sud Exilée de l’écho de mon alpha Je suis un suicide de métaphores Une lettre aveugle un verbe sans racine   La pleine lune maternelle se trompa de route Et me donna le jour en cette terre australe Je suis un faux-pas de la Nature   Après chaque voyage Dévêtue de ma peau temple sans Dieu Dans la vapeur oxydée d’une ombre J’écris sur des esquilles de l’enfer Du sang bénit gicle de mes mains ... [Lire la suite]
mercredi 29 août 2012

JEAN SENAC

Au fond de chaque amour des cancrelats sommeillent. Sont-ce des cancrelats, mon coeur, ou des abeilles ? Et lentement, tandis qu’en amande les yeux S’éternisent, dans le désir, le bruit soigneux De la noire légion dévore nos oreilles. Rien n’y fait, nos soupirs ni nos gémissements Ni le lin délirant dont nous vêtons nos contes, Rien, et quand la beauté nous attache et nous ment Les cancrelats sont là qui nous troublent et montent Avec notre bonheur et son double, la honte. [...] Si chanter mon amour c’est aimer ma patrie, Je suis... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 15 août 2011

BASSE MER

Aux ciseaux je me coupai de l’alphabet Je me châtrai de ma patrie* d’encre et de sève Sans où et sans rien dans ce Sud Exilée de l’écho de mon alpha Je suis un suicide de métaphores Une lettre aveugle un verbe sans racine   La pleine lune maternelle se trompa de route Et me donna le jour en cette terre australe Je suis un faux-pas de la Nature Après chaque voyage Dévêtue de ma peau temple sans Dieu Dans la vapeur oxydée d’une ombre J’écris sur des esquilles de l’enfer Du sang bénit gicle de mes mains Mais elles brûlent. Pas... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 12 juin 2007

MUSIQUE DE LA PATRIE

  Plainte mauresquequi longe obscurément la double éternitéDu ciel gigantesque et des arènes fauvesPortée dans l'effroi par d'héroïques cimeterresVers les limpides pâturages d'AndalousiePlainte qui se déchire comme un feu de joie à travers les broussailles du tempsQui se glisse dans les sièclesEt brûle les guitares en des flambées de chansons des ruesJusqu'à la geste miraculeuse des IndesLorsque les Castillans pilleurs de mondesRavissaient des patries de l'aube jusqu'au couchant.Echevelée par la pampaDevenue guitare... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,