samedi 7 novembre 2009

LE PREMIER HOMME...Extrait

Fin. Rendez la terre, la terre qui n'est à personne. Rendez la terre qui n'est ni à vendre ni à acheter ( oui et le Christ n'a jamais débarqué en Algérie puisque même les moines y avaient propriété et concessions ). Et il s'écria , regardant sa mère, et puis les autres: " Rendez la terre. Donnez toute la terre aux pauvres, à ceux qui n'ont rien et qui sont si pauvres qu'ils n'ont même jamais désiré avoir et posséder, à ceux qui sont comme elle* dans ce pays, l'immense troupe des misérables, la plupart arabes, et quelques... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 11 octobre 2009

TIC TAC

Il était une fois,   un soir d'automne...     Il était une fois,   un soir,   ce soir d'automne ci...   ici.....   Tic tac... tic tac...   C'était un mardi...   Paris frissonnait   et les secondes coulaient...   Tic tac... tic tac...   C'était un mardi...   un mardi d'octobre....   ce mois d'octobre ci...   ...ici....   Tic tac... tic tac...   Cela se passait en mille neuf cent...   et je ne sais plus combien...   Tic tac... tic tac...... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 12 juillet 2009

DESARROI DU FONCTIONNAIRE

L'Ere démocratique a bouleversé bien des données et ébranlé bien des certitudes. Je me suis souvent demandé quelle idée peuvent rétrospectivement avoir du système qu'ils ont servi le policier discretement en faction aux environs de la maison de Mouloud Mammeri, le flic affecté à la surveillance de Kateb Yacine, les "tacherons" chargés de torturer Bachir Hadj Ali, les commis (faux magistrats, gardiens de prison...) qui ont mené la vie dure à des hommes donnés aujourd'hui comme exemples de droiture, de patriotisme, de conviction... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 30 mai 2009

HOMMAGE A LA MEMOIRE DE TAHAR DJAOUT, MON PERE

Le 26 mai 1993, Tahar Djaout a été victime d’un lâche attentat terroriste. Il succombera à ses blessures le 2 juin 1993 à l’hôpital de Baïnem. Il était journaliste, poète, écrivain et l’un des fondateurs du journal Ruptures. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Solstice barbelé (poèmes), l’Arche à vau-l’eau (poèmes), l’Exproprié (roman), l’Oiseau minéral (poèmes), l’Étreinte du sablier (poèmes), les Rets de l’oiseleur (nouvelles), Chercheurs d’os (roman), l’Invention du désert (roman), les Vigiles (roman) et Dernier Été... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 8 mai 2009

LE MASSACRE DE SETIF

                        Le 8 mai 1945, l’armée coloniale française massacrait des milliers d’Algériens à Sétif et à Guelma. Si cette date ne marque pas le début de la guerre de libération, elle marque une étape de l’affaiblissement de l’Empire français. .     Le 8 mai 1945, à Sétif, dans le Constantinois, la population algérienne manifeste pour célébrer la victoire alliée [1]. Le prestige de la France puissance coloniale a été affaibli avec la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 8 janvier 2009

CHEMINS D' EXIL

« Tout homme qui ne retourne pas sur ses racines est un homme perdu » . Je me souviens de l'aventureuse enfance Vrai, j'étais libre Heureux dans ma rivière Enfance de lézard Au bord d'un temps évanoui. Alors dans les étés luisants Fleurissaient les chants d’un prophète Au jardin de son rêve. Homme vers lui je pousse Ô déshérité Un chant de lumière Et de fraternité Car l'amour oublié se réveille Le passé dans ces ombres renaît Sa fleur sur une bouche vermeille Se respire et se reconnaît. « Me voici entré dans l'automne des pensées »... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 28 août 2008

NOCES...Extrait

    Au printemps, Tipasa est habitée par les dieux et les dieux parlent dans le soleil et l'odeur des absinthes, la mer cuirassée d'argent, le ciel bleu écru, les ruines couvertes de fleurs et la lumière à gros bouillons dans les amas de pierres. A certaines heures, la campagne est noire de soleil. Les yeux tentent vainement de saisir autre chose que des gouttes de lumière et de couleurs qui tremblent au bord des cils. L'odeur volumineuse des plantes aromatiques racle la gorge et suffoque dans la chaleur énorme. A peine,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 28 août 2008

OURIDA NEMICHE NEKKACHE

« Si tu décides d’aller vers le désert Apprends d’abord l’humilité Car là où tu poseras tes pieds Aucun bruit ne se fera Sache que dans l’immense silence Tu n’entendras que les pas de ton cœur » . OURIDA  NEMICHE NEKKACHE     . ""Je vois mon pays de pierres et de lumières Je vois des montagnes sauvages défier le soleil Je vois mon peuple bleu aux yeux remplis d’honneur et de sel Je vois des mères aux tresses éternelles pleurer leurs terres Je vois des femmes à la peau douce et aux seins gonflés... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 28 août 2008

C'EST DIMANCHE, JE PENSE A VOUS...

Aujourd’hui, une larme acide montera  en moi  Et je la subirai  Elle me dira une douleur impensable  Et je l’écouterai  Elle me dira le crachat sur la  mémoire  Et je la maudirai  Elle descendra en balafre sur ma  joue  Et sur mes lèvres je reconnaîtrai  son goût :  C’est toi, Algérie, qui pleure ce  dimanche  Debout dans le vent de l’oubli  Ta chevelure désespérée  Tes portraits d’or dressés    A la face salée du palais éteint  Tu protèges... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 27 août 2008

LE CHANT DU FIGUIER

 S'ils t'interrogent dans mille ans Sur l'éternité de mon miel Dis leur qu'il rajeunit tous les printemps D'un pollen rouge qui défie la mort Et de fleurs souveraines qui décorent la liberté S'ils demandent aux larmes du poème D'où nous vient notre plume Montre leur l'aigle sur le Djurdjura S'ils te questionnent à la fin du temps Sur le secret de ma jeunesse Dis leur qu'à chaque aube je renais Des cendres de mon figuier A chaque défaite des pyromanes A chaque fois que le feu vaincu Se démit de ses flammes Aux pieds... [Lire la suite]