mardi 28 janvier 2014

DANS L'ORDRE DES ETOILES

Pour tout voyant, — le jour c’est la nuit, la nuit c’est le jour. Et, n’allez pas nous raconter d’histoire(s). — Ma force est voyance. — Je vais au-delà de ce que l’on voit. Regarder n’est rien si l’on ne sait pré-voir. — Être en avant ! Voilà tout. — Les mots sont toujours en avance sur nous-mêmes. Sur notre être ainsi que sur notre devenir. — Ne sommes-nous pas dictés par les mots ? Oui, nous sommes dans l’ordre des étoiles. — Mes yeux brillent.    — Le voyant vit dans un monde d’inversion. Il remet le monde... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 22 janvier 2014

ECRIS LA VIE

L'encre s'amenuisemais la mer est à l'horizonQu'est la mersinon l'encre du cielque les terres émergéesn'ont pas su retenirNos écritures s'en vont Elles coulent et vont se fondredans la houleDe cette houlenous gardons une vague mémoireavec comme un grain lumineuxde connaissance inaltérableLes mains vides ou pleinesnous retournons à l'eauA la terreau cielpeu importeLe labyrinthe de l'espritest notre seul cheminune voie de salutque nous nous accordons à nous-mêmesTant mieux si quelqu'un nous entendTant pis si l'échoest happé par un trou... [Lire la suite]
jeudi 19 décembre 2013

POESIE, ART DE L'INSURRECTION...Extrait

Je te fais signe à travers les flammes. Le Pôle Nord a changé de place. La Destinée manifeste n’est plus manifeste. La civilisation s’auto-détruit. Némésis frappe à la porte. À quoi bon des poètes dans une pareille époque ? À quoi sert la poésie ? L’imprimerie a rendu la poésie silencieuse, elle y a perdu son chant. Fais-la chanter de nouveau ! Si tu te veux poète, crée des œuvres capables de relever les défis d’une apocalypse, et s’il le faut, prends des accents apocalyptiques. Tu es Whitman, tu es Poe, tu es Mark Twain, tu... [Lire la suite]
lundi 16 décembre 2013

ISSUE DE RETOUR...Extrait

On naît étrangement à la poésie.     On contemple des couchers de soleil, le bord des roses, la venue des formes aimées.    On fait ce que doit faire un poète : se placer devant le monde, chercher, dans les livres et les poèmes des autres, des petits signes, un endroit pour l’affût.     On essaye de bouger, de vivre comme ses aînés, de mettre ses pieds dans leurs chaussures, d’habiter les vêtements qu’ils nous ont laissés ; de copier leurs postures.    On se dit qu’avec tout cela, on... [Lire la suite]
Posté par emmila à 03:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 15 novembre 2013

CE SOIR DANS CE MONDE

à Martha Isabel Moïace soir dans ce mondeles mots du rêve de l’enfance de la mortil n’est jamais « ça », ce que l’on veut direla langue natale châtrela langue est un organe de connaissancede l’échec de tout poèmecastré par sa propre languequi est l’organe de la ré-créationde la re-connaissancemais non celui de la résurrectionde quelque chose en guise de négationde mon horizon de maldoror avec son chienet rien n’est promesseentre le diciblequi équivaut à mentir(tout ce que l’on peut dire est mensonge)le reste est silencesauf que le... [Lire la suite]
samedi 26 octobre 2013

JEAN ROUSSELOT

…et s’en vint à nous l’écriture à la fois solfège et musique soleil et gnomon jusqu’alors accaparée tels les chaumes qu’on brûle pour affamer alouettes et glaneuses par de hautains feudataires ou des moralistes châtrés Désormais pas d’autres raisons d’être y compris révolte, compassion dévergondage, dénuement inaptitude au sacré avec ou sans sucre que cette perpétuelle redoublante acharnée à ne pas entendre les questions sans réponse qui sont le propre de l’homme. Interdits de séjour dans les jardins... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 15 octobre 2013

JEAN-JACQUES DORIO

ÉCRIRE : CRI ET RIRE  Dans écrire, il y a crier et  rire. Salah Stétié    Je ne sais pas écrire sans faire des bâtons, mes ficelles d'écriture attachées aux branches du marronnier d'une cour d'école. Je ne sais pas écrire sans les ronces, les orties, les égratignures de l'enfance vagabonde qui m'ont fait ce sang d'encre et d’innocence. J'écris par je ne sais quel hasard, ces petites choses sans importance : le hasard et la nécessité la pluie et le beau temps les cendres et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 02:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 29 septembre 2013

LIBRE COMME UNE MAISON EN FLAMMES...Extrait

(…)Les allées du jardin, une à une, sortent de l’ombre, et le premier oiseau et la première abeilleEncore mal dégagés de la chevelure des ténèbres et des rumeursDans leur vol liquide se cognent contre les étoiles et les fleurs.Poète, à mon métier, tandis que se défait l’immense toile d’araignée céleste, la page du cahier où je travaille et que j’oubliais sur l’écritoireFut un miroir à son dernier quartier où toute la nuit s’est penchée, où vinrent boire,Écartant les souffles lascifs des roseaux, les bêtes nocturnes, la source nueEt je... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 1 septembre 2013

MARIE HURTREL

Il y a des poèmes écrits parce qu'on aimemais que sert-il d'écrire ce que la lumière du jour gravece que la nuit enfleou le jouret l'heure le tempsquand un rien au fond d'une fleur ouvre la porte du sanget du tempsà la circonférence d'un mystèrecomme une foi ancienne qui revient arpenter les présagesOn prend tout par amouron ne cède riencomme on refuse de cueillir l'orchidée sauvage sous les feuilles brassées des vents incultesne pas casser la tige de l'incroyableet croire encore à sa natureA quoi reviendrait-il d'encrer ce qui ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 23 août 2013

DANS LES BRANCHES...Extrait

 D’elle j’attends ce dessin presqu’un oiseau une branche ce quelque chose entre le ciel et ma main et ce caillou qui ne m’arrête pas est-il autre chose pour s’éloigner que d’avoir grandi où elle aura passé    Ainsi chaque jour un travail perché sur mon épaule la terre en vue retournée par la mort un instant de ce qui brille les yeux fermés    Paupière une écriture si fine frissonne de recueillement dans les branches d’un oiseau gavé de lumière comme un fruit   .   THIERRY METZ   . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,