mardi 2 août 2022

LES SONGES IMPATIENTS...Extrait

Poèmes à L. S. Senghor à la mémoire de Tchicaya U Tam’si . . Dans les brumes jaunes, il sillonnait les limbes de ses souvenirs, marcheur inconsolable, les rapaces suspendus à ses paupières, milans contre mouettes, la mer, toujours la mer coupable de tant d’envols. . Baobab centenaire, il abritait des pains  pour des cris séditieux, les feuilles rares, les yeux sur les rameaux effilés, ce bois ne brûle point, disait-il, le tronc mort ne peut être dédié au... [Lire la suite]

mardi 2 août 2022

OCEANIQUE

Qu'emportent les hirondelles  les martinets au vol  désuni de l'essaim   bravant  la grande traversée des mers caniculaires    les touffeurs  et les plumes de chaleur d'une  saison en enfer  ?   La brise fraîche      le doux zéphyr    qui halètent   et ne sont plus  L'azur  sans nuage  L'aube  exsangue  Les fumets d'un été qui s'embrase Le vacarme  et   le tumulte incessants  ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 2 août 2022

CARTHAGE PARLE A JOAL

A Léopold Sedar Senghor . . Quand sonne l’heure au secret de la conque De nouveau, verdit le Sahara Comme aux temps de la gloire caspienne. Et convergent les caravanes. . De Sijilmassa, grand emporium des sables De Tombouctou, jardin éclos autour de l’Arbre De Tassili, ivre de ses fresques. Alors Carthage parle à Joal... . Et la rumeur des vagues à Popenguine Retrouve son écho au rivage des Syrtes. . Longtemps nos paroles croisées ont tatoué la mer Comme, en leur envol souverain, Les... [Lire la suite]
mardi 2 août 2022

POEMES D'AFRIQUE NOIRE

En hommage à L. S. Senghor . . Lui, attentif à l’étendard ocellé d’une aile, à la fontaine d’un palmier. Elle, l’Égyptienne, la Sulamite, lune rouge sur l’île noire. La mer monte, flaire déjà sa couche solennelle, lèche ses orteils d’herbe, la recouvre tout entière, ruisselant comme un vin violet. Houle, bientôt l’emporteront de plus profondes vagues, de plus sombres, somptueuses. Demeurera son désir précieux, ton miroir. . Nue, noire, si tu te couches sous l’aile rouge du crépuscule... [Lire la suite]
lundi 1 août 2022

LE CHANT PERDU AU PAYS RETROUVE...Extrait

… Je suis comme un enfant Exaspéré par la peur Qui croit s’en délivrer En chantant, Et je chante Mon nom arabe, Je chante ma terre arabe, Je chante La révélation de l’amour dont on sait Au premier regard Qu’il ne sera jamais recommencé, Je chante Tes longues tresses qui descendent Comme des queues de renard sur tes épaules, Je chante ta bouche Comme une prune éclatée, Je chante Notre encharnellement soudain Porté à son point d’orgue, Je chante l’enfance délirante d’illusions Au midi de son printemps, Je chante ... [Lire la suite]
lundi 1 août 2022

SIMONE...Extrait

    Simone, il y a un grand mystère Dans la forêt de tes cheveux. . Tu sens le foin, tu sens la pierre Où des bêtes se sont posées ; Tu sens le cuir, tu sens le blé, Quand il vient d’être vanné ; Tu sens le bois, tu sens le pain Qu’on apporte le matin ; Tu sens les fleurs qui ont poussé Le long d’un mur abandonné ; Tu sens la ronce, tu sens le lierre Qui a été lavé par la pluie ; Tu sens le jonc et la fougère Qu’on fauche à la tombée de la nuit ; Tu sens le houx,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

samedi 30 juillet 2022

ANDRE CHENET...Extrait

A Pedro Vianna . ... J'ai l’intime conviction que nos chers défunts continuent, par des voies mystérieuses – à tresser pour nous les liens puissants qui nous gardent en vie, nous protègent. Ma grand-mère qui, à un âge déjà fort avancé avait perdu la presque totalité de ses amis et de sa famille, me disait que malgré peines et douleurs, la vie doit continuer jusqu’à son terme et que le désir de vivre s’épuise de lui-même. En dépit de mille et une épreuves, elle a tenu bon jusqu’à l’âge honorable de 99 ans et s’est éteinte à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 30 juillet 2022

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Raconte-moi la nuit, le frémissement des étoiles et le coeur palpitant des planètes muettes, les rebonds de la pluie en rondes étincelles, les ruisseaux vif argent ; Aux marges du silence, raconte-moi ce bleu très pâle, alchimie d'un regard qui embrasse le monde -- l'infime, l'infini... . . . . . ANNE MARGUERITE MILLELIRI . . . .
vendredi 29 juillet 2022

GABRIEL GARCIA MARQUEZ... Extrait

- Alors qu'est-ce qu'on fait ? — L'amour. - T'es sûr ? - Ouais. - Bon, je me déshabille. - Et pourquoi tu te déshabilles ? - Eh bien, pour le faire. —Qui t'a dit qu'il fallait se déshabiller pour FAIRE L'AMOUR ? - Eh bien, à ma connaissance, c'est comme ça qu'on fait. — Non, ce n'est pas la seule façon de faire l'amour. - Et comment alors ? — Il suffit de garder vos vêtements et de discuter jusqu'à ce qu'on en ait marre, rions pour rien et pour tout, regardons-nous lentement jusqu'à essayer de nous déchiffrer. Avec moi tu... [Lire la suite]
jeudi 28 juillet 2022

LA MAISON DE KANT, CONTE MORAL...Extrait

"Ainsi le philosophe, celui qui s'est donné la peine de penser, éprouve un chagrin infini: il voit les hommes, en hordes innombrables, s'entretuer, s'exterminer avec rage, poussés par on ne sait quel désir sanguinaire; il voit les Etats entrer en guerre, prôner les massacres et les pillages, lancer leurs citoyens dans des aventures sans espoir; il voit enfin les hommes les plus courageux trembler devant la mort, eux qui gémissaient du calvaire de leur propre vie. A quoi sert-il de penser, se demande-t-il; à quoi sert-il d'ordonner le... [Lire la suite]