lundi 27 juin 2016

TERRE A BONHEUR...Extrait

Je dis : douceur. Je dis : douceur des mots Quand tu rentres le soir du travail harassant Et que des mots t'accueillent Qui te donnent du temps. Car on tue dans le monde Et tout massacre nous vieillit. Je dis : douceur, Pensant aussi À des feuilles en voie de sortir du bourgeon, À des cieux, à de l'eau dans les journées d'été, À des poignées de main. Je dis : douceur, pensant aux heures d'amitié, À des moments qui disent Le temps de la douceur venant pour tout de bon, Cet air tout neuf, Qui pour durer s'installera.   . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

lundi 23 novembre 2015

ÂGE,VOYAGES ET PAYSAGES

Rien ne ressemble plus à l’inspiration Que l’ivresse d’une matinée de printemps, Que le désir d’une femme. Ne plus être soi, être chacun. Poser ses pieds sur terre avec agilité. Savourer l’air qu’on respire. Je chante ce soir non ce que nous devons combattre Mais ce que nous devons défendre. Les plaisirs de la vie. Le vin qu’on boit avec ses camarades. L’amour. Le feu en hiver. La rivière fraîche en été. La viande et le pain de chaque repas. Le refrain que l’on chante en marchant sur la route. Le lit où l’on dort. Le sommeil, sans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 13 mai 2014

CHANTS DE PRINTEMPS I ET II

Des chants d’oiseaux montent lavés dans le ciel primitif L’odeur verte de l’herbe monte, Avril ! J’entends le souffle de l’aurore émouvant les nuages      blancs de mes rideaux J’entends la chanson du soleil sur mes volets mélo-      dieux Je sens comme une haleine et le souvenir de Naëtt sur      ma nuque nue qui s’émeut Et mon sang complice malgré moi chuchote dans mes      veines. C’est toi mon amie – Ô ! Ecoute les souffles déjà chauds... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 12 avril 2013

LES MOTS QUI CHALINENT...Extrait

Cueille cueille au-delà de l'île de tes cils filant de l'aile de fragiles jonquilles   l'alouette tirelire tirelire l'alouette   qui frissonne dans ton cœur.   Aux fenêtres de l'éveil   que meurent les nuages hagards   les maigres minces brindilles   l'épaisseur de l'ombre   et la crainte du trop bas.   Lumière nous appelle   et nos peaux, d'anis et de miel   tendres, de sève essaiment   sous une pluie de lilas.   .   PATRICIA MARTINEAU ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 9 septembre 2012

LE PRINTEMPS DE LA VIE - JEAN-BAPTISTE COROT

 Dans une robe rose, pâle comme la mort, destinée aux salons, elle s'est enfuie au fond des bois. Elle soulève sa robe ourlée de noir pour tenir ses fleurs, des rubans noirs autour de ses cheveux, elle fixe ses yeux baissés sur eux, graves comme un cortège funèbre au-dessus d'une tombe.Les fleurs tombent d'elles-mêmes. . SUSANNE DUBROFF .   Oeuvre Jean-Baptiste Corot  
vendredi 6 avril 2012

RECETTE DE PRINTEMPS

Mettre des couleurs dans une marmite avec un fond de nuage gris, un amour d'oiseau, quelques regards pétillants un sourire. Arroser de bleu si on en a. Ajouter un poisson d'eau vive, deux-trois lapins en chocolat, lier avec un bourgeon poisseux. Couvrir d'une petite laine. Allumer un feu de soleil avec le vieux bois de l'hiver, les soucis et quelques factures. Faire une sieste et, au deuxième chant du merle, retirer du feu. Servir avec un verre de pluie légère. . LUCIE PETIT . Oeuvre Josip Generalic
Posté par emmila à 19:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 23 juin 2010

PRINTEMPS

(A Jean L’Anselme) . Avec la montée de la sève Mon Dieu ! Quelle circulation dans les bois ! On nous signale De très nombreux accidents dans les cassis Des ralentissements dans les frênes Et Du côté des chênes-lièges Quinze kilomètres de bouchons . JEAN-CLAUDE  TOUZEIL .
Posté par emmila à 13:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 20 mai 2010

LA ROSEE APRES L'ORAGE

Mai n'est pas encore l'été t'en souviens-t-ilquand baignés du chant parfumé des fleurs nous nous couvrions de l'aiguail frais aux champs ivres de tous les printempsAprès l'orage le monde s'ouvrait à nos yeuxet la rosée en de caressantes alliancesalentissant les plaisirs et les joursnous emmenait en voyageLe soleil plus mordant d'aimeren révélait les saveurs et le grainde la terre vers la merunissait leurs désirsNous n'avions d'horizonsque l'espérance des plus simples chosesune attention en chemin un souvenir de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 24 août 2009

L'AMOUR AU JARDIN

Il aguiche mais dans la délicatesse et le caprice d'un souffle très odorant, composant ses fleurs en minuscule grappe de raisin, d'une couleur améthyste à laquelle les yeux des insectes sont particulièrement sensibles. Cependant, à l'observer de plus près, et de préférence sous la loupe, l'on découvre que l'appareil floral est tout destiné à l'attraction sans avoir aucun style ni nectar à offrir. En pratiquant, avec une lame de rasoir, une courte incision au bas du périanthe, l'on distingue mieux comment la grappe florale couvre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 22 mai 2009

ALBERT STRICKLER

Tu auras beaucoup appris des feuilles de la tendresse avec laquelle elles houssent de vert les arbres en avril de leur façon      à peine nées de s'offrir à la pluie et au soleil de cacher l'oiseau avec le fruit Tu auras beaucoup appris des feuilles des frissons qu'elles mêlent aux rires dans le torrent des vents dans l'averse des lumières de leur mille façons de mourir entre résistance et abandon de leur mort même et de la musique qui suit.ALBERT STRICKLER.
Posté par emmila à 23:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,