samedi 6 avril 2019

ANNA MARIA CARULINA CELLI....Extrait

Depuis les aquarelles du passé Assis et enchaînés à leurs chairs inertesIls nous regardent, les morts Ils ne nous jugent pas Les yeux largement étendusIls nous regardent passer Nous sommes leurs fantômes Leur illusion d’avoir autrefois existé sur le mur de la caverneLeurs reflets inconstants jouant à la surface d’un absurde miroirFeux follets égarés dans une nuit semblable au jourLeurs empreintes orphelines Ô mèresÔ pèresQui ont l’âge des pierresPourquoi nous avez-vous abandonnés ? Je porte un nom... [Lire la suite]

vendredi 2 novembre 2018

POURQUOI LES MORTS...Extrait

Pourquoi les morts           toujours           nous devancent .           Pourquoi leur silence           comme un visage           nous blesse .           Pourquoi ne sont-ils plus séparés . Pourquoi les morts ... [Lire la suite]
mardi 17 juillet 2018

HENRI GUERIN...Extrait

Nous ignorons de moins en moins de choses, nous commençons à savoir comment s'établirent les montagnes, quand les océans refluèrent, pourquoi ils battent sur nos berges. Nous connaissons mieux les caprices du ciel et de la terre, nos vieilles terreurs semblent reculer à mesure que s'étirent vers le bas autant que vers le haut, nos lunettes du dedans jointes à celles du dehors. De nouveaux aventuriers, guetteurs de vie et nouveaux poètes, du biologiste à l'astrophysicien, scrutent les infinies combinaisons de la matière que voile à... [Lire la suite]
samedi 20 mai 2017

JOURNAL, LE 20 MAI 2017

Lettres vives et langues mortes. Dans le petit coffre reposent quarante ans de correspondance. Quarante ans de signes. Les lettres d’amour dévoilent la généalogie et l’avancée d’une parole. Qui n’osait pas. Qui avait peur qu’on ne lui réponde pas. La lettre des amis brûlés par le temps où les symboles sont clos. La lettre des amis dispersés par le forsythia et la solitude du jardin dès lors. Quelques mots sur du papier : je pense à tes yeux, à tes mains... Quelques mots qui ouvraient la façade des saisons. Qui faisaient bruire dans... [Lire la suite]
dimanche 10 avril 2016

LA NUIT AU SOLEIL...Extrait

Peut-on jamais sortir des signes ( et du sens )En sortir absolumentPour entrer dans l'absolue réalité sans signe ?Qui " on " ?La poésie ne nous fait jamais mieuxsignequ'en nous aveuglantabsolument.Nous que l'absolue réalité sans signerend muets,tout,dans une seconde vue, nous fait signe ;toutnous renvoie au sensqui n'a de sensqu'à l'intérieur du sens :sans signeen noussans nom.Les yeux ne sont faits pour ne voir,les oreilles pour n'entendrerien d'absolu.   . MICHEL CAMUS .     Oeuvre Philippe Le Ferrand ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 22 septembre 2015

GRIS LUMIERE...Extrait

Ignorant de ma fin et de mon commencement, j’écris aveuglément pour apprendre de l’encre des signes ce qui ordonne et croise la trame des images et la chaîne des mots   j’écris pour que la blancheur irrévocable qui ajoure et cerne les mots saisis par l’encre se souvienne du souffle qui les assemble en les mêlant à l’air qui me traverse.   Je veux qu’entraîné par la nappe de silence qui sourd et s’étend quand la page se détache de moi soient abolis regrets, désirs, attente et que, même fragment, l’écrit s’achève ... [Lire la suite]

jeudi 21 mai 2015

ECLATS DE VIVRE...Extrait

Que faire maintenantde tous ces graffitides adieux encombrants des chosesdes oiseaux des hasardsdésormais interditsdans cette cruauté d’horlogeet à l’enfant seul comme une île- à son effroi & à sa soif -quel sésame quel schibbolethquelle chose apaisante et doucequel bienveillant symbolelaissersi l’on n’a plus que l’artde questionner l’échode voler au refletce qu’il sait du parfaitaux maisons envoléesle secret d’habiteret à la nostalgiela vérité d’icicomme un vieux ciel démentcherchant parmi ses bleuscelui vif et vitalperdu dans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 7 février 2014

LA PIERRE DU JARDIN

Une rose éclate au jardin.Se perpétue mon lent suicideà travers les germinations,Vole au dessus des arbres, corps absent.La puissance des signes, au lieu des forces brûléeste retient.Du charbon de notre êtreta mort fait un diamantplus lointain que l'étoile la pluslointaineet si proche, parfois.Trait tremblé de l'éphémèrecomme une course vers la mort,un pépiement d'oiseau en fuite.Un arbre l'absorbe.Restent les pommes ces lunes pâles. .   EMILIENNE KERHOAS   .    
Posté par emmila à 19:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 12 septembre 2010

SIGNES DES HOMMES...Extrait

Signes des hommes, voici pour vous mes nuits   Langue, sois-moi toutes les langues ! Cinquante langues, monde d’une voix !   Le cœur de l’homme, je veux l’apprendre en russe, arabe, chinois, Pour le voyage que je fais de vous à moi Je veux le visa De trente langues, trente sciences.   Je ne suis pas content, je ne sais pas encore les cris des hommes en japonais !   Je donne pour un mot chinois les prés de mon enfance, Le lavoir où je me sentais si grand.   Signes   De minuit jusqu’à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 16 avril 2010

CECILE OUMHANI

Qui suivra du doigt Ces odyssées de signes Au miroir de nos pas Dit caché de notre quête A des échappées de merles et de buis Tant de brisures à ces routes Rêvées depuis l'obscur en son commencement Et ces éveils obstinés Au détour des failles Quand à trop douter Les lendemains se dérobent Dévastés de paroles non tenues Et d'étoffes lavées de larmes Au plein de moissons Qui n'avaient de goût que la rouille Et toujours renaît l'entêtement à vivre Ronces perlées de fruits sombres Goûteux comme un soir d'été . . . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,