Canalblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
EMMILA GITANA
Visiteurs
Depuis la création 1 612 209
Newsletter
Archives
miroir
30 avril 2020

LE SENS DU MIROIR

LE SENS DU MIROIR
Une âme, si elle veut se connaître, c'est dans une âme qu'elle doit se regarder. Platon . Pénétré de silence l'espace ouvert d'une mémoire tourmentée. Mes mots y habitent un peu à l'étroit parmi les questions. Ils sont dans l'œil rond de l'oiseau enivré...
12 avril 2019

LE CENACLE DES SOLITUDES...Extrait

LE CENACLE DES SOLITUDES...Extrait
Je ne sais pas mon âge, aujourd'hui moins que jamais, regarde mon visage, illisible, à présent, mes traits, égarés sous les travers du temps qui ne trouve même plus place dans ma chair évidée, tourne, ne sait plus où se frayer chemin, balbutie maintenant...
6 avril 2019

ANNA MARIA CARULINA CELLI....Extrait

ANNA MARIA CARULINA CELLI....Extrait
Depuis les aquarelles du passé Assis et enchaînés à leurs chairs inertes Ils nous regardent, les morts Ils ne nous jugent pas Les yeux largement étendus Ils nous regardent passer Nous sommes leurs fantômes Leur illusion d’avoir autrefois existé sur le...
29 mars 2019

ZENO BIANU...Extrait

ZENO BIANU...Extrait
" Un jour tu es entré dans le bleu comme on pénètre dans la vraie vie tu es entré dans le bleu tu as fait le pari de l'immensité et ce fut comme un sésame un passage sur l'autre versant du miroirun jour tu es entré dans le bleupour n'en plus jamais revenir...
27 août 2018

SAUF LE CREPUSCULE...Extrait

SAUF LE CREPUSCULE...Extrait
Quelle vanité imaginer Que je peux tout te donner, l'amour et la joie, Des Itinéraires, de la musique, des jouets. Il est vrai que c'est le cas : Tout ce que je te donne, c'est vrai, Mais tout ce qui est à moi ne te suffit pas.Comme moi il ne me suffit...
6 août 2018

LA DANSE DES IMBECILES

LA DANSE DES IMBECILES
« La mort de tout homme me diminue, parce que je suis solidaire du Genre Humain » Ernest Hemingway " Pour qui sonne le glas" . Si ce n’était « que cela », si ce n’était « que » ce sentiment d’humain, et puis, si ce n’était que le respect des blessures...
30 juillet 2018

LE CORPS UTOPIQUE...Extrait

LE CORPS UTOPIQUE...Extrait
Or, si l'on songe que l'image du miroir est logée pour nous dans un espace inaccessible, et que nous ne pourrons jamais être là où sera notre cadavre, si l'on songe que le miroir et le cadavre sont eux-mêmes dans un un invincible ailleurs, alors on découvre...
13 mai 2018

L'OEIL DÉSERTÉ II....Extrait

L'OEIL DÉSERTÉ II....Extrait
Belle, pour quel désert suis-je promis, pour quel autre désert s'il faut, à chaque instant, retrouver sa solitude dans tous les yeux qui passent ? Lorsque les routes se dédoublent et s'amoncellent les fleuves ; lorsque lentement, dans le matin, s'élève...
19 avril 2018

VILLEPREUX

VILLEPREUX
Fenêtres peuplées de rêves Aux façades des maisons claires Le matin est à mi-course Et nos histoires se tairont jusqu’au soirSuspendues dans un miroirOù s’ouvrent les pages d’un cahierÉpris d’encre et d’envolCar nos vies sont ailleursEt le jour est en...
28 janvier 2018

CHANT SORCIER

CHANT SORCIER
Miroir noyé… Un jour de pluie aux mille arpèges contrariés. Buissonnements des pensées appels sourds. Des voix nous traversent et nous plombent. Le chant porte puis se dérobe il heurte et fouette. Bercés, des chants sorciers en fragments encore illisibles...
24 juin 2017

AUX SILLONS DU LIRE

AUX SILLONS DU LIRE
«Toi qui sais pétrir la «pierre errante» La ciseler au ciel de l’enfance De «la semence de l’eau » surgit Transparence à l’aube des solitudes tues Faut-il attendre la moisson des orages Pour décloisonner éclairs et appels de la mort ? Ceux qui illuminent...
4 mai 2017

JEAN JOUBERT...Extrait

JEAN JOUBERT...Extrait
Tout te ressemble et te chante à mi-voix, L’arbre, le vent, la gorge des collines, L’eau qui sommeille et les veines du bois, Le feu couvant au coeur d’une racine. Ton corps s’étire aux courbes du salpêtre, Dans un roseau s’apprivoise ton sang Et sur...
29 avril 2017

EEVA LIISA MANNER...Extrait

EEVA LIISA MANNER...Extrait
Quand la rive et son reflet sont parfaitement semblables et qu’harmonieux et paisible se fait le mariage entre ciel et eau, quand profonde et claire est l’illusion du miroir, et que flânent les animaux, et les nuages, et que la sombre forêt frémit en...
14 avril 2017

QUATRIÈME ANNONCE/CUARTO ANUNCIO

QUATRIÈME ANNONCE/CUARTO ANUNCIO
Tout ce qui parvient à toucher le ciel Se transforme en cette simultanéité qui courbe les âmes Les autres ne font que porter la pourriture des vagues, L’angoisse des objets. Oui, ceux-là mêmes que nous commençons à connaître Quand l'ombre se multiplie...
10 mars 2017

LA NUIT A LA DERIVE ...Extrait

LA NUIT A LA DERIVE ...Extrait
« Moi, Olga Orozco, du fond de ton cœur je déclare à tous que je meurs. J'aimais la solitude, l'héroïque durée de toute foi, l'oisiveté dans laquelle grandissent d'étranges animaux, des plantes fabuleuses, l'ombre d'une grande époque fluant au milieu...
28 janvier 2017

DIPTYQUE

DIPTYQUE
Toute de fluidité et de mouvances de déchirures et de vibrations impulsives, un peu de sel sur une plaie ouverte. Impalpable insaisissable houle de lumière et d 'ombre et d'ambre au plus secret elle n'est qu'antre primitif bulles d'eau claire questions...
23 novembre 2016

PENSEE POUR VINCENT- PARIS ETE 1887

La nature remue du négatif au positif, puisque ce qu’en propose d’observer le pinceau libre n’est que trace figée d’un cheminement à deux sens que les tornades de l’intérieur agitent encore. Dans le cadre, qui s’en trouve pour l’œil presque vrillé, voire...
30 septembre 2016

PARADIS PERDU

PARADIS PERDU
Les branches s'écartaient pour nous laisser passage en retenant délicatement nos cheveux et nous proposaient des cerises dont le jus coulait sur nos joues C'était il y a si longtemps à peine si je me souviens il a fallu qu'on me raconte et que je retrouve...
18 septembre 2016

LES PAS DE L'EAU...Extrait

LES PAS DE L'EAU...Extrait
La vie n'est pas cette chose que nous oublions, toi et moi, L'ayant égarée naguère dans la niche de l'habitude. La vie est cette main tendue qui s'apprête à cueillir Les premières figues noires dans la bouche acre de l'été, La vision qu'offre l'arbre...
23 juin 2016

EL ROMANCERO GITANO...Extrait

EL ROMANCERO GITANO...Extrait
Passés les mûres sauvages, Les épines et les joncs, Elle a défait ses cheveux, Aplani pour nous la rive. J’ai enlevé ma cravate. Elle a enlevé sa robe. Moi, ceinture et revolver, Elle, ses quatre corsages. Odorant nard, coquillages, Rien ne se peut voir...
1 2 > >>
EMMILA GITANA
Pages
Tags
Derniers commentaires