jeudi 3 août 2017

PERSONNE NE ME CONSOLE PLUS

 Personne ne me console plus, ma mère. Ton cri n’arrive pas jusqu’à moi même en songe. Il n’arrive pas une plume de ton nid sur cette rive.   Les soirs bleus, est-ce toi qui attends les mulets à la porte, les mains cachées dans les plis de ta robe ? Lis-tu dans le feu les combats qui dispersent tes fils aux abords des villes ?   Un abîme entre nous, un flot nous sépare qui coule entre les digues d’où s’élève de la fumée. Ces étoiles sont-elles tiennes ? Ce vent, celui de la terre ? Est-il notre... [Lire la suite]

jeudi 3 août 2017

PHILIPPE RAHMY...Extraits

Une foule sans bords de migrants s’ébranle à chaque heureen direction de l’occident …Chaque foule ouvre une meurtrière à travers laquellese présente un paysage dévasté …Chacun des personnages de cette foule a son propre texteà chanter, mais il est impossible de reproduire ces voix,maintenant qu’elles ont été anéanties. Ce qui nous est donnéde faire, c’est d’essayer de faire entendre leur âme   …   .     PHILIPPE RAHMY     .   Oeuvre Shelby Mc Quilkin
Posté par emmila à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
jeudi 3 août 2017

MA MAISON GERONIMO...Extraits

Dans ma maison de Geronimopersonne ne sait comment j'apprivoise le journi avec quelle violence je l'agrippeet le défiepour l'épingler finalement sous mes paupièresPersonne ne connaît le nom de l'oublietted'où je remontele coeur en pendule au bout d'une cordepieds et mains bras et jambesdans un désordre si inconcevablequ'il faut reconstituer le puzzle à chaque coup...   A qui parlons-nous lorsque nous nous taisonsDans ma maison de Geronimoje garde un troupeau de silenceque parfois je mène boire à la merQui vient paître trop près... [Lire la suite]
jeudi 3 août 2017

IL Y A DES MATINS

Il y a des matins en ruineOù les mots trébuchentOù les clefs se dérobentOù le chagrin voudrait s’afficherDes joursOù l’on se suspendraitAu cou du premier passantPour le pain d’une parolePour le son d’un baiserDes soirsOù le cœur s’ensableOù l’espoir se verrouilleFace aux barrières d’un regardDes nuitsOù le rêve buteContre les murailles de l’ombreDes heuresOù les terrassesSont toutesHors de portée.   .     ANDREE CHEDID in « Par-delà les mots ».   .     Photographie Katia Chausheva
Posté par emmila à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
jeudi 3 août 2017

LA MONTAGNE PREND LA PAROLE

Et voilà mon silence dur fonçant sur le moindre bruit qui ose. Je souffre de ne pouvoir donner le repos sur mes flancs difficiles Où je ne puis offrir qu'une hospitalité accrochée, Moi qui tends toujours vers la verticale Et ne me nourris que de la sécheresse de l'azur. Je vois les sapins qui s'efforcent, en pèlerinage immobile, vers l'aridité de ma cime. Plaines, vallons, herbages et vous forêts, ne m'en veuillez pas de mes arêtes hautaines ! J'ai la plus grande avidité de la mer, la grande allongée toujours mouvante que les... [Lire la suite]

mardi 1 août 2017

CARLO BORDINI...Extrait

Il y a quelque chose d’obscène Nous qui sommes tout entier recroquevillés dans nos rêves nous savons que Il y a quelque chose d’obscène dans les rêves d’autrui Il y a quelque chose d’obscène qui consiste dans le fait que les rêves d’autrui sont / absurdement / et épouvantablement pareils aux nôtres et dévoilent la honte de nos rêves privés leur petitesse infantile leur caractère honteusement (pour nous) préfabriqué et puisque ils sont tous pareils nous sommes jaloux d’eux et nous les haïssons quand nous savons qu’ils sont rêvés par... [Lire la suite]
mardi 1 août 2017

SONATINE POUR PIANO

Viens ici, faisons une poésie qui n’ait senteur de rien et cependant tout dise, et soit ruisseau de sons grêles qui dans les sables se perd et meurt quand son murmure s’amenuise ; faisons une sonatine pour piano à la Maurice Ravel, petite musique incohérente mais sans complications, de toute façon crois bien qu’à gratter le fond point de sens ; faisons quelque chose d’un genre léger.   Viens ici, point même besoin d’aller déranger la Nature avec ses graves paysages et les pyrotechniques astrales ; nous n’irons... [Lire la suite]
lundi 31 juillet 2017

JEANNE ... SI BELLE...

Jeanne Moreau .   .   . .
Posté par emmila à 13:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 29 juillet 2017

LES OBSCURCIS...Extrait

 .. Elle s'invente un jardin    Y met un arbre avec son ombre d'origine    ses oiseaux polyglottes    ses feuilles en papier d' Arménie   des fruits mâles des fruits femelles   qui se battent comme des chiffonniers   se réconcilient sur l'oreiller  et cette fleur riche d'une aile qui fait son miel dans la couche du  bourdon      Elle sort de ses poches des objets qu'elle aligne par ordre de... [Lire la suite]