samedi 12 octobre 2013

SERGE PEY

En chantanton découpe sans bougerles lèvres de ce qui nous embrassecar nous avons faimd’avoir faimet nous vengeons notre bouched’avoir été mangée A force de regarder le cielnous faisons boiterl'infiniqui ne s’arrête pas de marchercomme un mendiant aveugleLa nuit lui donne parfoissans nousla monnaie d’une étoileLa beauté qui se perdnous aime toujoursde nousavoir perdu   .   SERGE PEY   .   Oeuvre Tchoba www.tchoba.com      
Posté par emmila à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 22 septembre 2013

LES VRILLES DE LA VIGNE...Extrait

 E­coute encore, donne tes mains dans les mien­nes : si tu sui­vais, dans mon pays, un petit che­min que je con­nais, jaune et bordé de digi­ta­les d’un rose brû­lant, tu croi­rais gra­vir le sen­tier enchanté qui mêne hors de la vie… Le chant bon­dis­sant des fre­lons four­rés de velours t’y entraîne et bat à tes oreilles comme le sang même de ton cœur, jusqu’à la forêt, là-haut, où finit le monde… C’est une forêt ancienne, oubliée des hom­mes… et toute pareille au para­dis, écoute bien, car… … A la première haleine de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 7 septembre 2013

ETOILE DE MER

 Étoile de mer, cri ouvert.    Liberté de l’œil, pureté du vide, la vérité plonge. Lambeaux du soir, fenêtres obscures. Dans l’antre la parole est de cire, duperie, et griffure, brisure de l’écaille. Chant de l’âme.    Le bras au sillon tourne et se dénude, palabra blanca, espuma verde. Je m’en vais sur les rides du monde. Pleurs et cris. Fleur noire dans le ventre du songe. Racine mère.    Luna lunera en la tierra escrita. Mentira. Il s’énamoure de son image, souvenir du ciel. Instant vivant.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 30 août 2013

LUNE ANDALOUSE...Extrait

 J’écoute l'inachevé de l’ Eden du possible à l’insu du temps pour boire l’âme du jasmin tel un astre de nuit proche et lointain du néant j'écoute la pulsion de la terre le chant du peuple mutant émerveillé je caresse l’ineffable l’indicible le dedans et le dehors et je danse sur la circonférence de la rose plurielle   .   AHMED BEN DHIAB   .   Oeuvre Ahmed Ben Dhiab            
dimanche 18 août 2013

CYGNE

 Cygne qui sait garder ta vie de tout chant pour mieux recueillir d'heure en heure l'or du silence d'un cœur de braise enseveli, heureux le chant de la merveille qu'un cœur de neige peut cacher, ultime fleur, altissime poème où le désir se vient transfigurer. Sur le miroir de l'eau tranquille un phénix blanc songe au bûcher, tandis que croît, ombre sur plaine, l'éternel envol d'un chant dernier   .   MAX ROUQUETTE " Le tourment de la licorne "   .        
Posté par emmila à 18:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 15 août 2013

LUNE ANDALOUSE...Extrait

(...) Un chant pour le chant pour les oiseaux de l’impossible le vent aveugle incrusté dans le miroir le froid brûlant nos yeux un chant pour féconder le silence la rencontre des opposés et les blessures du manque un chant pour la quadrature du cercle le corps de l’aube dans la proximité du rire de dieu pour l’air l'éternité la fleur l’abeille la seconde amoureuse de l’amour un chant dans une poignée de ciel bleu et l’invisible berceau de la vie plus loin que le lointain l’enfance ne vieillit jamais dans la mémoire du vivant un... [Lire la suite]

samedi 27 juillet 2013

SILENCES, Poemes 1957-1977...Extrait

Il n'y a pas longtemps  À celui qui disait  Le poète est là pour changer le monde  Je répondais que la poésie  Est une lame  À couper le pain des jours de l'homme  Et qu'il n'en faut point faire une épée    Et je trouvais que mon image n'était pas mauvaise  J'avais tort. Énormément tort.  Et je le dirai si fort  Que pour trancher le pain des jours qui viennent  Je forgerai lame nouvelle  Plus coupante que belle  Plus vive que sonore  De quelques... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 24 juillet 2013

LORAND GASPAR

"La gorge peut délivrer le silence, le chant, la parole ou le cri d’angoisse quand elle se resserre sur son souffle le plus désespéré ; “ce rien qui coule” est entre vie et néant ; la “houle emporte " pour perdre comme pour sauver… La “ligne de partage” est parfois à peine discernable entre la tempête qui ravage au-dehors et le “bonheur d’entendre le vent au-dedans —” ( ). “Tant de choses incomprises”, et qui le restent selon l’art trop ordinaire du comprendre, n’interdisent pourtant pas l’effort d’un “com-prendre” — attentif, presque... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 13 juillet 2013

REVENIR AUX OISEAUX

 Revenir aux oiseaux à ce désir de secouer les pieds  pour effacer l'empreinte    cette constance des oiseaux  à ouvrir les voies    simulant la chute  pour habiter le temps mobile  sans vertige    ce corps ailé de l'instant  traversé du chant  qui s'arrache sans cesse  et se déprend   .   ALBERTINE BENEDETTO   .      
Posté par emmila à 22:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 22 juin 2013

OUVRIR L'INSTANT INCALCULABLE

Les lueurs orange auront portéL’ouest à fondre dans la nuit …Alors – nous aurons chantéLa part du ciel qui essuieLes orages et la pénombreJusqu’au brut règne de l’ombreEt l’horizon sans merciNous laisse à notre souci –Il pleure sur tous les toits :Cet obscur en son pavoisLe temps cuve le silenceDans ce qui monte en présence … :Le riche être de l’exilQui parade comme en notre île –Avec l’étuve des motsFaisant entrave à nos mauxOn voudrait cueillir la trameD’un beau futur au seuil d’âmeD’un ailleurs en aventureParachevant notre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,