mercredi 21 mars 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

Où se fera le don,L’offrande fraternelle,Qui brisera la coqueOù notre cœur attend ? Nous naissons d’un oubliSous les branches du gel, D’une marche ajourée Dans l’eau vive du temps. Nous allons au plus vaste,Nous y semons le chant,Arrimant à nos pasLes odes du soleil, Mais nous ne savons pasLa patience des aubes,Nous voudrions germerSans visiter la nuit. Nous ne percerons pasLa croûte des silencesSans que le pain rompuNous dévoile un sillon. Nous sommes ici-mêmeD’un royaume à venirDont le miracle s’ouvreAu plus secret... [Lire la suite]

mercredi 14 mars 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

Cette vie si fragile,Cette fleur, ce talisman,Ce chant inconsolé,Où s’y tenir vraiment ? Il suffit d’être là, Dans l’ouverture du jour, Repoussant doucement Les portes de la nuit. Il nous faut accueillirComme un flux de silenceLa beauté de ces arbres,De ces berges aux oiseaux. Partout le vent nous dit Son énigme et sa gloire,Dans l’éclat des voiluresNous sommes au rendez-vous. Nous avons beau savoirQue le temps nous emporte,Pourtant nous dérivons Sur des eaux sans repos, Ignorant tout du Chant Ce... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
lundi 19 février 2018

THIERRY METZ

Fraîcheur qui défie le selRiveraine de nos soifs –Un peu d’eauEt la trace libère une envolée de feuilles clairesRécitantesAu poème buissonnier de l’enfant Seul tu franchis la passe de l’ÉpineuseSeulTu reviens par le chemin exposéAux rudesses du bâtisseur.Et à son chant. Sur les margelles de nos puitsTes cailloux éclatentBaie succulenteEt douces à nos mainsTes graines dans les jardins du livre. .  . .   THIERRY METZ   . .   .  
Posté par emmila à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
mardi 13 février 2018

LA TERRE VAINE ET AUTRE POEMES...Extrait

Le temps présent et le temps passésont tous deux présents peut-être dans le temps futuret le temps futur contenu dans le temps passé.Si tout temps est éternellement présenttout temps est irrémissible.Ce qui aurait pu être est une abstractionqui ne demeure un perpétuel possibleque dans un monde de spéculation.Ce qui aurait pu être et ce qui a ététendent vers une seule fin, qui est toujours présente.Des pas résonnent en écho dans la mémoirele long du corridor que nous n’avons pas prisvers la porte que nous n’avons jamais ouvertesur le... [Lire la suite]
dimanche 28 janvier 2018

CHANT SORCIER

Miroir noyé… Un jour de pluieaux mille arpèges contrariés. Buissonnements des penséesappels sourds.Des voix nous traversent et nous plombent. Le chant portepuis se dérobeil heurte et fouette. Bercés,des chants sorciers en fragments encore illisiblesnaissent en notre intime. On se réveille parfoisdans le rêve d’un autre…     .     AGNES SCHNELL   .      
Posté par emmila à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
vendredi 26 janvier 2018

LE CONTRE-CIEL - CLAVICULES D'UN GRAND JEU POETIQUE...Extrait

... Poètes, vous êtes, nous sommes honteux - ou trop fiers - de nos corps blanchis, civilisés, trop bien élevés. Sans quoi vous bondiriez, nous bondirions dans la ronde, hurlant notre stupeur de vivre, ici, sur ce boulevard, nous recommencerions le signe de la folie tournante, la vieille Danse, le premier et le plus pur poème. Toujours tourne la ronde sauvage en couronne dans la mémoire de nos têtes; toujours tourne le plus poignant des souvenirs de l'immémorable enfance, tourne le chant dans notre tête, et notre piétinement... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

vendredi 19 janvier 2018

OXYGENE

Traduire en poésie les soubresauts de l’histoire provoqués par les mouvements populaires du Maghreb et du Proche-Orient ne saurait faire l’économie d’un souffle puissant. C’est par un tel souffle que ce poème voudrait rendre compte de la nouvelle saison historique du printemps arabe.   .   Écoute où que tu sois le chant de ceux qui vivent de l’air dont se nourrit l’espritOn dit qu’un vent de liberté souffle après bien des lustres à l’aune d’un continentSur une terre damnée léguée de despote à despote aux crimes... [Lire la suite]
vendredi 29 décembre 2017

JE N'AI QU'UNE ROSE ENTRE MES DOIGTS

Je n’ai qu’une rose entre mes doigtsqu’un fragment de cette fête.Dans les veines une foi vivanteet dans ma gorge une poignée de mots.Mon chant s’enroulecomme le fil autour du fuseaud’un instant qui sera un jourun jour pour tous un instant de joie.Ce moment nous reviendra à nous etaux hommes de bonne volontédans l’âpre combat que nous menons pourgagner l’incandescente sagesse. Mais je sais qu’il resteracomme un pain sur notre tableun jeu de frontièresune invitedes solitudes du profond désert :l’amour qui gouverne le monde se sera... [Lire la suite]
jeudi 21 décembre 2017

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Il neige de blancs silences sur la mer. Elletout à ses ressacs conjugue etressasse la morte caresse des glaces. La mâchoire des brisants déchiquette encore les souvenirs enfouis : mots-squelettes d'épaves peuplées d'échos de voix et de poissons volants,d'ombres passantes hantant les rêves. Il y a aussi ce chant qui jamais ne finitce chant de haute mer -- de haut Amour. Il y a surtout ce chant de haute mer : loin des amers c'est la caresse du soleil sur sa peau serpentine,le grésil... [Lire la suite]
vendredi 8 décembre 2017

UN GOÛT DE FRUIT MÛR...Extrait

Pensées vers Agnès  . Crois-tu que le bleu de l'encre couvrira les cris ? Crois-tu que l'encre couvrira le gris ?   C'est dire qui fait mal. C'est mettre en mots cette longue nécessité cette respiration hachée jamais apaisée.     C'est dire les angles morts les poussées   les passages de travers l'encore informe qui fait mal.     C'est crever les ombres éprouver les figures enfanter le chant supporter la lenteur du silence.     C'est s'abandonner à la... [Lire la suite]