mercredi 2 juillet 2014

MANEGES

Nous marchions dans Parisparmi ses fourrés citadins aux multiples accordsde trains et d’herbe,d’aromates doux-amers,d’obscurités, d’éclairs,de nuages entraperçus dans le miroir des vitrines…Du haut de mes dix ans,je buvais littéralement des yeuxtous ces visages, ces paysages,tandis que mon frère plus vieuxse tenait à distance « de sage »,pourvu qu’il recomposât dans son cœurle visage de sa bien-aimée…Alors les pas de mon pèresavaient à la fois nous porter et nous rendre à la beauté des cœurs dispersés au cœur de la cité…Je... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 29 mai 2014

ADIEU AU PAYS NATAL...Extrait

       Dresse-toi devant moi, mon fils, pour que je me souvienne de ta taille    Je veux aller trouver ma famille    Un cercle de mains caressantes,    De douces mains humaines    Où l’oubli soit enclos.    Je veux aller trouver ma vraie famille humaine    Sous les branches bombées de l’olivier bruni    Et les pentes à nu de ces collines bleues    Le désespoir dormait.    Et le... [Lire la suite]
vendredi 14 février 2014

JOURS DE GRIS...Extrait

On passe quelques mois Quelques années sur la terre Sans comprendre vraiment Ni ses parents ni ses enfants. On passe son temps à traverser la rue Tout en récitant des prières Pour finir par comprendre Que le ciel est désolé ou désert. Les Dieux sont des icônes de poussière Au fond du jardin de son père Comme le fatras de l’enfance dans les bassines Les repas de famille sur les chaises du silence familier Comme la brouette dans son nid d’étoiles oubliées La mémoire est un désordre de locataire Comme tout ce qui semble perdu Comme tout... [Lire la suite]
lundi 10 février 2014

MORGAN RIET

De toutes les couleurs,les salades,de toutes les rancoeurs,tu te souviens ?Les yeux brouillés,tu priais pour que le vinet les têtesne tournent plusautour du potpourri et l’amour au vinaigre.Et tu voyaisles poings hauts qui se mettaientsur les I tout en jetantde l’huilesur les feus sans cessemal exhumés, sansjamais percerl’absencepour que coule enfin,une bonne fois pour tous et toutes,l’épais jus de familledécomposée. . MORGAN RIET   .      
Posté par emmila à 22:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 3 juillet 2012

ALGÉRIE, LE CHEMIN OU LE LOUP GUETTAIT...

Le cristal de l’enfance s’ébrèche quand vient le loup. L’hiver 1954, le loup guettait quand il prit Grand-père. Aucun rire, aucun blagueur ne résiste à son l’appel. Même Sethi, le vieux Sethi, celui qui lui rendait visite, l’ami revenu du Chemin des Dames, l'avait rejoint avec son tablier de pauvre et sa béquille. Longtemps qu'il toussait des restes de gaz moutarde, longtemps que le cri du fauve soufflait dans ses vieilles bronches. La campagne grondait comme une souricière. La mort avait de longues dents. À 8 ans, à la Toussaint,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 27 janvier 2012

ME FALLAIT-IL SAVOIR

Les larmes, le vent et les nuages parfois volent si bas Que l’on en a le visage mouilléSi bas, que pour ne pas mourir, il nous faut rouvrir de vieux soleilsEt, aux archives de l’intime, retrouver les yeux lumières et les jeuxQue l’on posait sur ces jours en fêtes où les bougies brillaient Dans la diagonale des siècles, Capitaine passé, je viens de loinJe viens du bal des nuits et d’une valse des jours Où se cachent tant de sortilègesQu’il me faut passer les frontières pour déterrer l’enfanceMe fallait-il savoir que pour être homme... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 19 avril 2009

UN CAHIER ORDINAIRE...Extrait

C'est un vieux temps. En noir et blanc. Des rouges gorges sur les graines. Un, d'espoir en souliers sous un arbre en bougies. De givre sur les herbes, de mousse dans la crèche, de santons un à un. La voix pure dans l'église à minuit, c'est ma mère qui chante. Mains dans les poches, la cigarette qui troue la nuit, c'est mon père. À pieds, la route nous ramène, chaussettes, bonnets, moufles de laine. Le ciel traîne son jus d'hiver, de carcasse de pierre éclatée par le gel, de froid qui prend tout des écorces aux étoiles. Partout les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 8 avril 2009

PIEDS NUS DANS L'AUBE

« Lorsque la famille était réunie à table, et que la soupière fumait, Maman disait parfois:- Cessez un instant de boire et de parler. Nous obéissions.Nous nous regardions sans comprendre, amusés.- C'est pour vous faire penser au bonheur, ajoutait-elle.Nous n'avions plus envie de rire. » . . . FELIX  LECLERC . . .
Posté par emmila à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 28 juillet 2008

ADIEU AU PAYS NATAL

.   “Dresse-toi devant moi, mon fils, pour que je me souvienne de ta tailleJe veux aller trouver ma familleUn cercle de mains caressantes,De douces mains humainesOù l’oubli soit enclos.Je veux aller trouver ma vraie famille humaineSous les branches bombées de l’olivier bruniEt les pentes à nu de ces collines bleuesLe désespoir dormait.Et le ciel inclément sur ces masses perdues à jamaisDans la Mort impalpable et splendide,Versait sa fraîcheur bleueLa vie légère s’envolait des fleurs violettes des pêchersEt dans le fond des... [Lire la suite]