mardi 7 juin 2016

ECLATS DE VIVRE ...Extrait

Chairs en feston au grand soleil charniers que hument lune &vents fumées que happe le néant   Sorts que lâche le noir Morts que mâche la terre si près du ciel des radicelles qui boivent leur prière   Sommeil effrayé sur les seuils Portes forcées   Pires que loups & bien moins qu'hommes : ceux qui égorgent & qui éventrent tout ce qui dans l'ombre respire   Afflux de fange dans leur coeur fleuve de sang dans leur sillage thrène des mères qui devient cette ample douleur animale ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

dimanche 5 juin 2016

A FLEUR DE MOTS

L’insurrection poétiqueÀ fleur de mots À fleur de chantsUn soulèvement du verbeÀ pas de colombeDes mots qui s’insurgent Se révoltentDes mots de résistanceDes mots qui se dressentDes barricades d’adjectifsDes articles et des noms Des NON À l’oppressionDes mots mutinsDes mots rebelles Des poèmes qui se lèventDes mots d’émeuteDes mots en meute Pour défendre la libertéDes chants d’insoumis Des mots pour dire la paix Des mots pour faire TAIRE Les faux culs venimeux Ceux du « Travail rend libre » Au seuil d’un camp de mortPetits mots de... [Lire la suite]
dimanche 29 mai 2016

LES FRERES KARAMAZOV...Extrait

“ Regardez les mondains, et ce monde qui se hausse au-dessus du peuple de Dieu, l’image et la justice de Dieu n’y sont-elles pas déformées ? Ils ont une science, mais, dans la science, il n’y a que ce qui est soumis aux sensations. Le monde spirituel, la moitié supérieure de l’être humain, est rejeté complètement, est chassé avec même une espèce de triomphe, voire avec haine. Le monde a proclamé la liberté, ces derniers temps surtout, et, nous, que voyons-nous dans ce qu’ils appellent la liberté : rien que de l’esclavage et du suicide... [Lire la suite]
dimanche 27 septembre 2015

REFLUX

Quand le sourire éclatant des façades déchire le décor fragile du matin ; quand l'horizon est encore plein du sommeil qui s'attarde, les rêves murmurant dans les ruisseaux des haies ; quand la nuit rassemble ses haillons pendus aux basses branches, je sors, je me prépare, je suis plus pâle et plus tremblant que cette page où aucun mot du sort n'était encore inscrit. Toute la distance de vous à moi - de la vie qui tressaille à la surface de la main au sourire mortel de l'amour sur sa fin - chancelle, déchirée. La... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
lundi 19 mai 2014

JE N'AIME PAS LA HAINE...

Je n’aime pas la haineet pourtant je haisceux qui jettent le sel sur la plaieceux qui pissent dans le soleil pâleceux qui déracinent les arbres des campagnespour bâtir des baraquesà soldats à flics à filles publiquesceux qui surveillent les cadences infernales du malheurceux qui écrasent du jaune et nous font broyer du noirceux qui brûlent les livres les villageset les vieilles photos souvenirsceux qui ne se lassent pas de tirer dans le tasceux qui ne pleurent pas devant un troupeau de chèvres dégringolantles pentes du sud et du soir.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 13 avril 2013

LOUIS CALAFERTE

Haïssez celui qui n’est pas de votre race. Haïssez celui qui n’a pas votre foi. Haïssez celui qui n’est pas de votre rang social. Haïssez, haïssez, vous serez haï. De la haine, on passera à la croisade, Vous tuerez ou vous serez tué. Quoi qu’il en soit, vous serez les victimes de votre haine. La loi est ainsi : Vous ne pouvez être heureux seul. Si l’autre n’est pas heureux, vous ne le serez pas non plus, Si l’autre n’a pas d’avenir, vous n’en aurez pas non plus, Si l’autre vit d’amertume, vous en vivrez aussi, Si l’autre est sans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 28 mars 2013

MON CORPS ET MOI...Extrait

«N’est vraisemblablement juste ni définitif aucun amour, aucune haine. Mais l’estime où, bien malgré moi et en dépit d’une despotique éducation morale et religieuse, je suis forcé de tenir quiconque n’a pas eu peur et n’a point borné son élan, L’ELAN MORTEL, chaque jour m’amène à envier davantage ceux dont l’angoisse fut si forte qu’ils ne purent continuer d’accepter les divertissements épisodiques» .   RENE CREVEL   .      
Posté par emmila à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 2 septembre 2012

OISEAUX

Oiseaux fous, oiseaux ivres, Fuyant par milliers Le vacarme des cités tendues, Prêtes à exploser. Oiseaux fous, Oiseaux ivres, Portant haut Le vaste drapeau déchiré Du ciel, Vos cris se perdent Sur les océans migrateurs, Vos plumes se mêlent À leurs pleurs Et rougissent Les pages du monde. Nuit d'encre Où se noient Les rêves de l'albatros. Poète , Marche, Vole ! Les hommes Riront toujours de toi ! Tailler les jours Entailler l'os, La marée épaisse Des rêves écorchés. Ôter à l'oiseau Le droit de voler Ôter à l'humain Toute volonté,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 3 février 2009

COEURS SANS HAINE, COEURS SANS PARTI, COEURS NUS, COEURS SERRES

Coeur qui déteste la guerre, il a bien fallu te résoudre à mener combat. L'heure n'est plus à la légendaire patience des bergers. Ils sont en nombre ceux qui se sont dressés contre les ennemis de tout bord, à toutes les époques. La France est entrée, depuis les années cinquante, dans une autre forme de Résistance qui n'a pas encore dit son nom.J'étais adolescent encore, quand un jour je découvris la tragique et belle lettre de Missak Manouchian à sa chère Mélinée, sa petite orpheline bien-aimée, lettre écrite en poète le 21... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 8 septembre 2008

LES DENTS SERREES

Les dents serréesJe hais. Ne me demandez pas ce que je haisIl y a des mondes de mutisme entre les hommesEt le ciel veule sur l’abîme, et le méprisDes morts. Il y a des mots entrechoqués, des lèvresSans visage, se parjurant dans les ténèbresIl y a l’air prostitué au mensonge, et la VoixSouillant jusqu’au secret de l’âmemais il y ale feu sanglant, la soif rageuse d’être libreil y a des millions de sourds les dents serréesil y a le sang qui commence à peine à couleril y a la haine et c’est assez pour espérer. . PIERRE EMMANUEL .... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,