mercredi 1 novembre 2017

ANECDOTES

En ce jour saint comme en d'autres je pense à Simon Paul et Léontine, mes chers père et mère - Henri-Louis Pallen . Mon père parlait aux grives, aux merles, aux moineaux et il avait une main droite qui savait tout faire, des objets petits ou grands, avec ingéniosité. Bricoler, comme susciter le chant d’une guitare. Ma mère aimait le café bien frais, c’est-à-dire chaud qu’elle sucrait rarement, avec du miel de lavande, ses yeux s’émerveillaient devant les roses du jardin. Elle avait des robes élégantes, elle était... [Lire la suite]

lundi 30 octobre 2017

MA VIE GRAPILLE DE CI DE LA

Au bout de l’heure tragique, j’ai perdu le contrôle de ma vitesse intérieure. Je me suis abandonné à l’hégémonie du souffle et il m’a percuté de sa lame tranchante.  La différence n’est pas toujours là où on le croit. Etonnant ce corps qui vieilli et dont on conserve la sensation d’avoir toujours vingt ans. Sans doute, pour tous ceux qui ont connu l’handicap dès la première heure, la notion de différence n’égale pas celle de la comparaison. Le déchirement de nos pensées et de l’estime que l’on se porte peut nous être fatal.... [Lire la suite]
lundi 16 octobre 2017

LE CERF-VOLANT

Ne me réveillez pas ce soir. N’allumez pas les lampes de vos rancœurs. Laissez-moi seulement m’apaiser de moi-même, de toutes ces larmes tombant sur le sable, de ces veillées d’absents, de ces exils acceptés, de tout ce temps ancré dans les veines de ce corps qui fatigue. Visitez-moi avec tout l’or de vos yeux, le trésor de votre présence, vos armes déposées aux pieds de nos défaites. Accompagnez-moi dans vos galeries obscures. Nous rejoindrons ensemble des beautés insoupçonnées dans les poumons de la joyeuse prairie des hommes. Et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 31 mai 2017

SOURCIERS

J'aime les sourciers qui percent le secret des mondes, Échappent aux croûtes mortelles, aux rigidités stériles, aux sécheresses exemplaires, À tout ce qui retient la vie Et l'empêche de se transformer. J'aime les sourciers Qui savent prendre des risques, Emprunter des chemins audacieux Pour contourner le poids des murailles Des habitudes et des morales. J'aime les sourciers Qui font voler en éclat les portes du temple, Qui n'ont pas peur d'eux-mêmes Ni du regard inquiet qui les fige. Ils savent trouver passage, Ils connaissent la... [Lire la suite]
jeudi 18 mai 2017

LE CRI DU BUTOR

Maintenant que la jeunesse S'éteint au carreau bleui Maintenant que la jeunesse Machinale m'a trahi Maintenant que la jeunesse Tu t'en souviens souviens-t-en Maintenant que la jeunesse Chante à d'autres le printemps Maintenant que la jeunesse Détourne ses yeux lilas Maintenant que la jeunesse N'est plus ici n'est plus là Maintenant que la jeunesse Sur d'autres chemins légers Maintenant que la jeunesse Suit un nuage étranger Maintenant que la jeunesse A fui voleur généreux Me laissant mon droit d'aînesse Et l'argent... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 18 mai 2017

LE PREMIER AMOUR DU MONDE

Le soleil est venu Et reparti cent mille fois Depuis le jour du premier jour Du premier amour Le premier amour du monde? C'était... quand? Et d'abord, comment se sont retrouvés Comment se sont retrouvés Le Ciel et l'Océan? Il a pris sa main sans le savoir Sans savoir où les menait la peur du premier soir Il a pris son corps contre le sien Sans savoir qu'un deuxième matin Renaîtrait des cendres du premier matin Ils ne savaient pas que d'autres jours Suivraient le premier jour Ils ne savaient pas que la naissance La... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 9 mai 2017

JOEL GRENIER...Extrait

Tu verras, tous les deux, on ira à la mer peut être pour fermer les yeux, comme quand on était jeune et qu'on s'aimait moins fort. Je tiendrai par la taille un frisson de jeunesse que tu auras gardé pour te blottir encore dans nos silences complices. Je te dirai la vague, tu me diras l'élan, on entendra le vent nous bercer d'éternité. Et l'on sera heureux comme si c'était hier, comme si c'était le temps des marées à l'étale. Et le soir venant, nous aurons de l'écume sur nos rires comme si nous avions joui une nouvelle fois.   .... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
lundi 24 avril 2017

DERNIER POEME

" Mon dernier poème au Peuple Haïtien avant de quitter le sol qui m’a vu naître écrit le 29 novembre 2016. Ce Peuple en gestation d’une nouvelle victoire contre l’obscurantisme." Gérald Bloncourt . La colèreest en moije hume l’existenceje me heurteaux fils de fer barbelésde la désespéranceje franchis les ruisseauxboueux de l’inquiétudeMartissant, Carreour-feuille,Bizoton, Jérémie, Jacmel,Pétionville, Port-au-prince,l‘Ile de la Gonave,bruissants de misèreL’azur est en folieTout se mêleS’entrecroiseEt se noueJe sonde l’espace... [Lire la suite]
dimanche 5 février 2017

CENDRES...Extrait

Aurai-je le temps d'écrire et de pleurer,Aurai-je la vie de l'âme et le temps de créer,Aurai-je encore la force d'agir et de donner ?Ma jeunesse ivre de sang et d'eau,Toute forte et trempée des larmes de mon corpsSaura-t-elle fendre le tempsPour dormir dans l'éternité ?O terre,Voudrais-tu, avant la mort du corps,Mon âme glorifiée dans l'Esprit,Sceller ma joue en fleur à ta lèvre glacée ?Tes bras se tendront-ils demain,Tes bras d'amante délaissée,Dans la nuit dense où la chair meurt dans la chair consolée ?Non, Terre !Je ne veux pas me... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 21 novembre 2016

LA PIROGUE ET LA PETITE AMULETTE

L'amulette aura été fabriquée alors que nous parcourions, l'Ami et moi,les pistes et les rivages somptueux du Gabon, il y a si peu de temps, quelques quarante cinq années !...Signes d'un poisson qui se retrouve enfin,  après tant de cauchemars, de péripéties, d'écueils, avec lui-même  ? Je vous réponds donc depuis ma deuxième naissance, très africaine ; la toute première fut marocaine.Là-bas, vers l'Equateur géographique, le Gabon !Qui l'eût un jour imaginé, entrevu ? Hasard ou nécessité ? Une pièce rare de l'immense puzzle... [Lire la suite]