vendredi 13 mars 2020

ON NE VOIT PAS LE TEMPS PASSER

On se marie tôt à vingt ans Et l'on n'attend pas des annéesPour faire trois ou quatre enfantsQui vous occupent vos journéesEntre les courses la vaisselle Entre ménage et déjeunerLe monde peut battre de l'aileOn n'a pas le temps d'y penserFaut-il pleurer, faut-il en rireFait-elle envie ou bien pitiéJe n'ai pas le cœur à le direOn ne voit pas le temps passerUne odeur de café qui fumeEt voilà tout son universLes enfants jouent, le mari fumeLes jours s'écoulent à l'enversA peine voit-on ses enfants naîtreQu'il faut déjà les embrasserEt... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 6 décembre 2019

PARIS, DE MA FENÊTRE...Extrait

"On me remontrera que les jeunes gens des deux sexes sont en train de lire "n'importe quoi" ? Qu'ils lisent donc n'importe quoi. Ainsi fis-je dans mon jeune âge, à travers une bibliothèque où tout se fit pâture, et où l'on aurait rien trouvé qui convint à mes six ans, à mes dix ans, à mes quatorze ans... Livres défendus, livres trop graves, livres trop légers aussi, livres assez ennuyeux, livres éblouissants, qui au hasard s'illuminent, et referment sur l'enfant enchanté leurs portes de temple... Le désordre de la lecture lui-même est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 31 octobre 2019

PORTRAIT DE L'ARTISTE AU NEZ ROUGE

... Ô ma jeunesse labourée,à peine découverte, à peine libre,mais libre enfin de regagner ses jachères… Je me suffis de mes assolements. Paresse est force de fou,caresse de loup, silence de Grand-Messe ;temps de glace, hiver sourd,temps de chasse pour vousmes poux, mes rêves, mes douxnourrissons du carnage. ... .     PHILIPPE LEOTARD     .            
Posté par emmila à 00:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 9 août 2019

CAHIERS DE DOUAI...Extrait

  Le Soleil, le foyer de tendresse et de vie,Verse l'amour brûlant à la terre ravie,Et, quand on est couché sur la vallée, on sentQue la terre est nubile et déborde de sang ;Que son immense sein, soulevé par une âme,Est d'amour comme Dieu, de chair comme la femme,Et qu'il renferme, gros de sève et de rayons,Le grand fourmillement de tous les embryons !Et tout croît, et tout monte... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 15 février 2019

NOCES A TIPASA

jeudi 24 janvier 2019

EDWIN MUIR...Extrait

C'est moi qui éprouve du remords pour tout ce que le Temps  T'a fait, mon amour, comme si je t'avais  Imposé l'usure du soleil sans-repos Et tous ces jours mortels pour accomplir ce crime-là.   Pour ne pas conserver ce qui nous fut donné  Par pure grâce et l'abandonner  A l'oisiveté des heures, laissant l'automne enterrer  Notre été paradisiaque: A une telle accusatîon, que puis-je répondre   Sinon le vieux dicton surgi du cœur : « Le Temps épargne l’amour » Mais nous, l’aimée et l’amant,... [Lire la suite]

mercredi 18 juillet 2018

NOSTALGIE

Pareilles à de grosses gouttes de miel les abeillesles abeilles portent les ceps de vigne jusqu’au soleilc’est de ma jeunesse qu’elles arrivent en volanttout comme ces pommesces lourdes pommesce chemin à la poussière doréeces galets blancs tout au long de la rivièreet ma foi dans les chansonset mon absence d’enviede là aussi cette journée sans un nuage cette journée si bleueet la mer couchée sur le dos toute nue et chaudeet cette nostalgieet les dents lumineuses de cette bouche aux lèvres épaissesavec les abeilles dans ce... [Lire la suite]
lundi 9 juillet 2018

BRUNO ODILE...Extrait

Le temps n’existe pas, n’existe plus. Il est une matière souple et non déterminée. L’heure humaine exauce l’espace dans lequel chacun se compte par le contenu de son énergie. Une multiplication de l’infini s’ouvre au bout de nos langues et se referme sous nos pas. Ainsi, nous habitons, tour à tour, les hautes et lointaines étoiles où le cœur va, en une fraction de secondes, de la lune jusqu’à la lumière intersidérale. Et l’on passe son temps à essayer de réconcilier l’angélique regard de l’enfant à celui du vieillard aguerri de mille... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
mercredi 1 novembre 2017

ANECDOTES

En ce jour saint comme en d'autres je pense à Simon Paul et Léontine, mes chers père et mère - Henri-Louis Pallen . Mon père parlait aux grives, aux merles, aux moineaux et il avait une main droite qui savait tout faire, des objets petits ou grands, avec ingéniosité. Bricoler, comme susciter le chant d’une guitare. Ma mère aimait le café bien frais, c’est-à-dire chaud qu’elle sucrait rarement, avec du miel de lavande, ses yeux s’émerveillaient devant les roses du jardin. Elle avait des robes élégantes, elle était... [Lire la suite]
lundi 30 octobre 2017

MA VIE GRAPILLE DE CI DE LA

Au bout de l’heure tragique, j’ai perdu le contrôle de ma vitesse intérieure. Je me suis abandonné à l’hégémonie du souffle et il m’a percuté de sa lame tranchante.  La différence n’est pas toujours là où on le croit. Etonnant ce corps qui vieilli et dont on conserve la sensation d’avoir toujours vingt ans. Sans doute, pour tous ceux qui ont connu l’handicap dès la première heure, la notion de différence n’égale pas celle de la comparaison. Le déchirement de nos pensées et de l’estime que l’on se porte peut nous être fatal.... [Lire la suite]