jeudi 30 octobre 2014

PROLEGOMENES

 Au temps où l’enfant penché sur un vieux plan datant de l’exposition de 1878 faisait des voyages imaginaires, le bruit du vent dans le feuillage était d’une qualité rare, mais n’empêchait point le tic-tac de l’horloge. Il apportait une mélancolie merveilleuse mêlée au goût de la vie et de l’aventure. Chaque arrondissement de Paris était teinté de belles couleurs pastel ; souvent à mon agacement – j’étais un enfant nerveux et malhabile - le vieux plan se dépliaient mal, se cassait aux plis. Parfois, pendant les ouragans, une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 26 octobre 2014

GERALD BLONCOURT

à Isabelle mon rêveà Ludmilla et Morgane mes filles .L'Ailleurs éleva la voixet ditque la lumière soitet la lumière futet furent le ciel et les étoilesla Terre les mers et les poissonsles arbres l'eau douce des montagnesla pluie et le tempsle jour et les ténèbresles fleurs et les pleursles femmes l'amourles hommes et les couleursles semaines et les sièclestoutes ces choses de la vieparoles échanges regards musiquessenteurs de printempsfroidures hivernalessaisons étés chauds tropicalesautomnes aux feuilles d'or ramassées à la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 7 octobre 2014

PARIS

Quand je marche et pleure dans la rue Gît-le-Coeur je regarde Les hirondelles en fleur celles qui s'arrêtent quand Le ciel prend son temps avec les roses J'arrive matin d'or Du boulevard Saint-Michel ou soir sang de la rue Saint-André Des-Arts Je marche dans la rue Gît-le-Coeur pour son nom   J'ai des rivages vagues dans les yeux Gît-le-Coeur quand J'invente que je vais y retrouver une femme sans odeur Dont je n'ai pas touché le verso de la peau ni les pleurs Et je cours comme un sucre affolé sous la pluie avec Ma... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 17 janvier 2014

HONTE A LA VILLE DE PARIS....

Si quelqu'un pouvait faire que cet homme vieillisse dignement.....!
Posté par emmila à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 29 septembre 2013

TOUT N'EST QUE ROUGE VISION

 Pas la peine il y a le vent et l’état de veille Samuel Beckett, Poèmes (1906-1989)   — Mon œil intérieur regarde l’invisible. Une lumière s’allume sur mes lèvres qui remuent. Un vent soufre* fait battre portes et fenêtres. — Pieds nus sur la terre tu marches. — Et vers moi tu viens. — Tu bouges tu es la terre noire et la terre pourpre. Tu remues et tu te retournes tu te soulèves. Ton odeur de musc affole l’aile de mes narines. Yeux fermés yeux ouverts — tes seins débordent de lait. Tes lunes tes melons la nuit... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 18 novembre 2012

CRISTINA CASTELLO

J’allai à Paris, assoiffée Et je faillis mourir, tellement j’avais soif. Mais c’est peut- être parce que je brûle dans mon feu, Que je mourus et renaquis à Paris, accrochée à la vie, au gré du vent, obstinée comme l’aurore. Paris, que j’aime tant. J’aime sa dignité de fleur sauvage et sa fierté d’aurore. Mes pas dans ses rues ne furent point des pas Mais des traces, un sillon, une interrogation, une confiance, et ces yeux-là. Et Paris me fit resurgir, verdoyante. . CRISTINA CASTELLO   . Oeuvre Vincent Van Gogh  
Posté par emmila à 19:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 27 août 2012

PARIS 61 DIX SEPT OCTOBRE...

En mémoire des victimes du 17 Octobre 1961 http://17octobre1961.free.fr/pages/Histoire.htm .   Paris 61 dix-sept octobre on est à l’heure grise où le pays se met à table en disant c’est l’automne lorsque silencieux venus des bidonvilles et cagnas des Algériens français sur le soir envahissent de leur foule entêtée les boulevards ils n’aiment pas ce couvre-feu qui les traite en coupables décidément ça fait trop d’Arabes qui bougent le Pouvoir envoie ses flics sur tous les ponts nous montrer qu’à Paris l’ordre règne il... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 3 mai 2012

MONSIEUR LE CHAT...Extrait

On a fini par croire, à force de reprendre en chœur les râpeuses rengaines de Bruant sous les poutres enfumées du Lapin Agile, que le chat montmartrois était forcément noir. Riverain de la rue des Saules, je puis certifier qu’il s’agit là d’une légende, car j’en ai vu de toutes les couleurs tout au long des escaliers dévalant la pente comme les rochers d’un torrent, du côté de la rue Paul-Féval, où Marcel Aymé se tint à l’affût durant quarante années, ou à l’angle de la rue de l’Abbé-Patureau, terrain de jeu du jeune Louis Farigoule,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 5 février 2012

SOUS LES PONTS DE PARIS ( Juliette Gréco, Melody Gardot )

Pour aller à Suresnes ou bien à Charenton Tout le long de la Seine on passe sous les ponts Pendants le jour, suivant son cours Tout Paris en bateau défile, L' cœur plein d'entrain, ça va, ça vient, Mais l' soir lorsque tout dort tranquille....... Sous les ponts de Paris, lorsque descend la nuit, Tout's sort's de gueux se faufil'nt en cachette Et sont heureux de trouver une couchette, Hôtel du courant d'air, où l'on ne paie pas cher, L'parfum et l'eau c'est pour rien mon marquis Sous les ponts de Paris. A la sortie d' l'usine,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,