mardi 28 septembre 2010

NUIT DE L'EQUINOXE...Extrait

(...)Je regagnais les portesdes marées de septembrequand une vague morteest venue me surprendrealors j’ai pris ton corpsj’ai fermé tes paupièresj’ai longtemps marchéen direction du nordet puis je t’ai couchéedans un filet de pierrej’ai tressé dans les alguesdes fleurs de sable vertet je t'ai mise en merdans le creux d’une vague… .   TRISTAN CABRAL   .      
Posté par emmila à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 28 septembre 2010

OUVREZ LE FEU...Extrait

ARRETEZ LES RIVIERESarrêtez les rivières pour que vienne la merc'en est fait du retard pris sur les équinoxesje sens grandir en moi un monde inachevéoù la vigne grandit jusqu'au sertao rougecar je n'ai pas fini de naîtretous mes yeux sont en cendre mon sang est noir de mondemais j'ai ouvert le feu ma chair est insurgéeet ce n'est qu'un débutdes milliers de brasiers avancent par le mondepartout la marée montepartout les poings se lèventvoici que toutes choses vont devenir nouvellesARRETEZ LES RIVIERESne bercez plus vos enfants mortsil... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 28 septembre 2010

CORPS DE GLOIRE...Extrait

Tu sais ce qui se passe au seuil du paysageet pourquoi ce pays ne publie plus son peupledepuis que la parole est prête pour la pierreet qu'il ne reste rien à pétrir dans la paixcar tout a été dit sur les versants du mondeavant même que l'homme ait nommé sa natureet ce n'est que poussière à perte de poussièreque d'exprimer son cœur sur le verbe à veniraussi te laisses-tu porter par les présagestoi qui sais le haut lieu où l'âme est légitimeet ne voyant que l'ombre à la place du corpste souviens-tu d'un ciel à vivre de tout tempsII fait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 27 septembre 2010

CHANTER

Le corps brûle dans l’ombre,cherche la source.Je sais maintenantoù commence la tendresse :je reconnaisl’arbuste du feu.J’ai connu le désertde la chauxLa racine du lina été mon alimenta été mon tourment.Mais alors je chantais.De même que la nuit remonte aux sources,moi-même je reviens vers les eaux . . . . .EUGENIO DE ANDRADE . .. .Œuvre Marc Chagall
lundi 27 septembre 2010

LORCA

  ‘’l’agonie, l’agonie            toujours’’            pense à cela quand tu tues un cafard            ou que tu prends un rasoir pour            te raser             ou le matin quand tu t’éveilles            pour            faire face au ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 27 septembre 2010

ROBE

La poésie aujourd'hui est une bonne robe parce qu'elle emprunte et parce qu'elle est douce à enlever. Mais quoi dessous ? Des oies qui rejoignent la mer au moment où la pluie tombe sur le pays d'Auge. La poésie est le vêtement ana-logue. Haute robe - Ôte robe. Elle est de l'air dans une cloche et du secret commun. Elle est la peau. Je bois à plein verre ses baisers, mouillures, coulures de papiers, pleines pages. Et le bruit d'écrire comme du petit ongle sur une robe volée, la trousse d'une chambre ouverte, une pomme de terre cuite à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 27 septembre 2010

DES JOURS DE PLEINE TERRE

Le plaisir sous les doigts filait la magie. Les lèvres roulaient et se creusaient ainsi qu’une tulipe habitée par un bourdon. Dans le grand calme oppressant, le don décuplait la beauté. Alors on s’ouvrait l’âme pour qu’elle ruisselle et que viennent, par la joie haute et le silence en flammes, ces déclivités d’ombre et de lumière, ces étoiles pour des mains de pécheurs, ces exquises maturités de pêches brunes ou laiteuses, de brugnons, de poires nobles ou jetées au tonneau, d’abricots goûtés en serre, de pommes à cueillir, de coings... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 27 septembre 2010

LE PASSANT

J'ai les pieds d’un fauteuil dans deux croissants de lune Et des rêves à bascule en voyage immobile Des chemins de rousseur, des forêts, des musiques Et les pas d’un oiseau dans un livre d’étoiles J’ai le temps des lumières au pluriel de l’âme La voix rauque d'un chant, au parnasse inclassable Les promesses d’aimer dans les yeux d'une femme La parole facile au sourire d'avril J’ai le chant d’un bateau rescapé de la brume Le registre des flots, le fracas de la pluie Un silence à mon blues, aux nuits blanches et qui jazz La tendresse... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 27 septembre 2010

GITANOS, GITANOS

    Gitanos gitanos   que le vent emporte que le vent emporte   où allez vous où allez-vous   dans ce siècle qui rapine sur la peau des pauvres ?       Gitanos gitanos  mon chien n’a plus de terre   mon hibou n’a plus de nuit    Gitanos gitanos   où vont vos vies ?  Au royaume barbare partout la mort cogne aux portes   la nuit n’a plus d’étoiles   mon chien n’a plus de rêves      ... [Lire la suite]
dimanche 26 septembre 2010

FRESQUE PEINTE SUR UN MUR OBSCUR....Extrait

Ainsi se décide l'impossiblecomme une caresseEntre le monde et l'amourle lien est d'eau qui trembleTes mains sont un fruitautant que la rondeur de l'étéEt la révolution et les désastressont l'œuvre d'un regardou d'un baiser demeuré videTout désir est une enfance revécueau bord d'un ruisseauToute vaillance dans le pasest nouée au sommeil le plus chaudAinsi l'avenircet ordinaire du pauvreest la trace indécised'une main sur ta peau.JEAN-PIERRE  SIMEON.Fresque de Pompeï
Posté par emmila à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,