vendredi 17 août 2012

L'ALTERNANCE DES GENRES

On peut opter pour l'un ou l'une. On a le libre choix des mots. Chacun, souvent, a sa chacune. On choisit le plus à propos. On dit: le décès ou la mort, Le chemin ou la longue route, La destinée ou bien le sort, L'incrédulité ou le doute. Au gré de notre fantaisie, On emprunte au vocabulaire, Soit un pré soit une prairie Pour créer un espace vert. Notre poésie est chantante Car les sons secs du masculin Sont suivis de notes charmantes, Grâce infinie du féminin. . SUZANNE WALTHER-SIKSOU ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 8 août 2012

DJALÂL UD-DÎN RÛMI

D'abord tu fus minéral, puis tu devins plante; ensuite tu es devenu animal : comment l'ignorerais-tu ? Puis tu devins homme. Quand tu auras transcendé la condition d'homme, tu deviendras, sans nul doute un ange. Dépasse même la condition angélique : pénètre dans l'océan, afin que de goutte d'eau tu puisses devenir une mer... . DJALÂL UD-DÎN RÛMI .  
vendredi 15 juin 2012

ET DIEU CREE LA FEMME...

Pense aux plages, pense à la mer Au lisse du ciel, aux nuages, A tous celà devenant chair Et dans le meilleur de son âge, Pense aux tendres bêtes du bois, Pense à leur peur sur tes épaules, Aux sources que tu ne peux voir Et dont le murmure t’isole, Pense à tes plus profonds soupirs, Ils deviendront un seul désir, A ce dont tu chéris l’image, Tu l’aimeras bien d’avantage. Ce qui était beaucoup trop loin Pour le parfum ou le reproche, Tu vas voir comme il se rapproche Se faisant femme jusqu’aù lien, Ce dont rêvaient... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 11 juin 2012

FAMILLE DE CE MONDE

Et des milliers de bourgeons viennent voir ce qui se passe au monde Car la curiosité de la Terre est infinie. Et l'enfant naît et sa petite tête mal fermée encore Se met à penser dans le plus grand secret parmi les grandes personnes tout occupées de lui. Et il est tout nu sous la pression exigeante de la lumière du jour Tournant de côté et d'autre ses yeux presque aveugles au sortir de la nuit maternelle, Emplissant la chambre, comme il peut, de ce vagissement venu d'un autre monde. Et bien que parachevé, il s'ouvre encore à la... [Lire la suite]
lundi 11 juin 2012

PIERRE RABHI

"Il nous faudra sans doute, pour changer jusqu'aux tréfonds de nos consciences, laisser nos arrogances et apprendre avec simplicité les gestes qui nous relient aux évidences. retrouver un peu du sentiment de ces êtres premiers pour qui la création, les créatures et la terre étaient avant tout sacrées." . PIERRE RABHI .
Posté par emmila à 00:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 8 mai 2012

TOUT CE POURQUOI EST DE SEL...Extrait

Le vrai demeure introuvable si ce n'est qu'ilcherche des outils en nous.Quelque chose a plus à voir avec ce qu'il fautabandonner parce que le monde n'est qu'unerecherche et que nous n'avons que le temps.L’œuvre seule passe par la terre – par le vide.C'est toujours le dénuement.Et chaque fois est un recommencement.Vers ce qu'on ne sait pas. . . . THIERRY METZ . . .
Posté par emmila à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 6 février 2012

THIAGO DE MELLO

« Je crois que l’artiste, et les créateurs en général, ont le devoir de servir la vie, parce que l’homme, avec son art, doit servir la vie de l’homme, et cela signifie surtout prendre soin de la grande maison où nous vivons, notre demeure, qui s’appelle Terre. Je viens de la patrie de l’eau, de l’Amazone. Moi, qui crois ardemment à l’utopie, plus qu’à l’espérance, la confiance, la foi, je crois que la science, la technologie qui nous a permis de photographier la lumière fossilisée des premiers éclats du big bang, sera capable... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 16 juillet 2011

DOM HELDER CAMARA

Ne pleure pas les rythmes qui, apparemment, se perdent: rythmes des vents, des eaux, du frémissement des arbres, du chant des oiseaux, du mouvement des astres, du pas des hommes… Il y a toujours un musicien ou un poète, ou un saint, ou un fou, chargé par Dieu de capter les rythmes errants qui risquent de se perdre. . DOM HELDER CAMARA .
Posté par emmila à 12:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 15 février 2011

MANDELSTAM

Schubert sur l’eau, Mozart avec l’oiseau s’égosillant, Et Goethe sifflant sur le sinueux sentier, Hamlet, ses pas craintifs tenant lieu de pensée, Avaient pris le pouls de la foule, à la foule s’étaient confiés — Qui sait — avant les lèvres le murmure a pris naissance, Les feuilles tournoyaient dans l’absente forêt, Et ceux à qui nous dédions l’expérience Avant l’expérience avaient acquis leurs traits. .. . OSSIP MANDELSTAM . . .  
jeudi 6 janvier 2011

CHANTS BERBERES DE KABYLIE...Extrait de l'introduction

(...)J'écris pour les autres, pour ceux qui ne sont plus des enfants.Ceux-ci ont perdu le sentiment de leur fraternité avec toutes les choses créées, et le pouvoir de communier avec la nature; ils ont perdu la virginité de l'âme, le don de saluer dans chaque minute une imprévisible et parfaite création. J'aime à croire, pour l'amour des hommes, que leur enfance n'est qu'endormie, car le paradis, celui du ciel et celui de la terre, est le royaume des Enfants et de ceux qui leur ressemblent. La culture, qui se  moque du savoir... [Lire la suite]