jeudi 14 août 2008

MURALE...Extrait

A quoi servirait le printemps clément S’il ne tenait compagnie aux morts, s’il n’accomplissait, Après eux, la joie de vivre et l’éclat de l’oubli ? La clé de ma poésie serait là, Ma poésie sentimentale du moins. Et les songes sont notre seul mode de parole. O mort, hésite et assieds-toi Sur le cristal de mes jours, Comme si tu étais l’une de mes amies de toujours, Comme si tu étais l’exilée Entre les créatures. Toi seule es l’exilée. Tu ne vis pas ta vie. Ta vie n’est que ma mort. Tu ne vis ni ne meurs Et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 13 août 2008

JE ME SUIS RETIRE

            Je me suis retiré du néant        A peine.        Je suis presque sans rien sur le rivage.        La confiance, la foi, le courage        Je fis pour eux un effort d'insecte fervent        Des algues me couvraient,        Avec des coquillages je jouais.        Même quand je joue       ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 31 juillet 2008

L'EAU

            Avant, il y a l'eau.        Après, il y a l'eau;        durant, toujours durant.        - L'eau du lac?        - L'eau de la rivière?        - L'eau de la mer?        Jamais l'eau sur l'eau.        Jamais l'eau pour l'eau;        mais l'eau où il n'y a plus d'eau;    ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 20 juillet 2008

LA PLUS BELLE DES MERS...

La plus belle des mers est celle où l'on n'est pas encore allé. Le plus beau des enfants n'a pas encore grandi. Les plus beaux de nos jours sont ceux que nous n'avons pas encore vécus. Et les plus beaux des poèmes que je veux te dire sont ceux que je ne t'ai pas encore dits Ils nous ont eus : moi à l'intérieur des murs, toi à l'extérieur. Ce qui nous arrive n'est pas grave. Le pire: c'est de porter en soi la prison conscient ou inconscient. La plupart des hommes en sont là, des hommes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 13 juin 2008

LA DIAGONALE DU SILENCE...Extrait

Á CachouGoudron macabreGoudron macabreJ’ai vu l’encre rouged’une fourrure arrachéeIl courait sur rêve de temps insoumisLa mémoire du sang chantaitmais nous étions sur paradis oubliéIl courait sur gazon périméGoudron macabrepneu sanguinairej’ai vu l’encre rouged’une fourrure arrachée Frontière bitume par printemps endiabléla terre ne lui appartenait plusLa météo distillait ses poisonssale temps pour les fourruresle chat a cessé de courir Mon chat cessa de courir.. JEAN-MICHEL SANANES .
Posté par emmila à 12:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 22 mars 2008

JE PARS DANS LE VENT

Je pars dans le vent !!! Je pars dans le vent probablement vers le néant. Mais si ce néant s'avérait être un trésor, je me battrais contre les puissances des ténèbres pour faire entendre ma voix enrichie de cette expérience nouvelle, pour vous dire la promesse que j'aurais arrachée au silence. Afin que vous sachiez que mon coeur est devenu plus riche, mon âme plus universelle. Que vous sachiez qu'après il y a quelque chose, autre chose. Autre chose qui ne peut être que Dieu, qui est en réalité Vous. L'homme matériel que nous sommes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 17 janvier 2008

PASSAGE EN DOUCE

 Je songe à ma femme qui est parmi les fruits, les plantes, les oiseaux. Je me réveille à peine et je la sens présente. Je la dispute aux feuilles, aux abeilles, à la neige. Ses bras sont un ruisseau où je plonge mes doigts. La rosée tendrement vient me parler pour elle. Ses yeux font sur ma vie un grand vague perdu. Je l'imagine encore toute fine et tremblante, agrandie par les champs, avalée par le vent. Je demande aux oiseaux de l'embrasser pour moi. Les plantes lentement penchent la tête sur elle. Les gestes des ajoncs... [Lire la suite]