vendredi 4 juin 2010

UN METRE CARRE DE PRISON

C’est la porte, et derrière, l’éden du cœur. Nos choses, tout ce qui nous appartient, s’estompent. Porte est la porte, porte de la métaphore, porte du conte. Porte qui épure septembre. Porte qui ramène les champs à la genèse des blés. Nulle porte à la porte, mais je peux accéder à mon dehors, amoureux de ce que je vois et ne vois pas. Tant de grâce et de beauté sur terre, et la porte serait sans porte ? Ma cellule n’éclaire que mon dedans. Que la paix soit sur moi, et paix sur le mur de la voix. En louange à ma liberté, j’ai composé... [Lire la suite]

dimanche 23 mai 2010

NE T'EXCUSE PAS...Extrait

Un autre jour viendraAu signe chantant, au salutet au verbe azuréen.Tout est féminin hors du passéL'eau s'écoule des mamelles de la pierre.Pas de poussière, pas de sécheresse, pas de perte,et les colombes font la sieste dans un char abandonné,quand elles ne trouvent pas un petit niddans le lit des amants..MAHMOUD  DARWICH. Oeuvre Salah  Hioun
Posté par emmila à 15:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 14 mai 2010

NE T'EXCUSE PAS...Extrait

Que restera-t-il des présents du nuage blanc ?- Une fleur de sureau.Que restera-t-il de la brume de la vague bleue ?- La cadence du temps.Que restera-t-il du saignement de l'idée verte ?- De l'eau dans les veines du chêne.Que restera-t-il des  larmes de l'amour ?- Un doux tatouage sur le pourpre.Que restera-t-il de la poussièrede la quête d'un sens ?- La voie de l'ardeur.Que restera-t-il du chemindu grand voyage à l'inconnu ?- La chanson du voyageur au cheval.Que restera-t-il du mirage du rêve ?- Les marques du ciel sur le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 7 février 2010

CONTREPOINT...Extrait

Hommage à Edward Saïd.Sang                 et sang                                       et sang                                       dans ta patrieDans mon nom et le tien, dans la fleurd'amande, la peau de banane, le lait... [Lire la suite]
samedi 28 novembre 2009

MAHMOUD DARWICH

J’aime, de la nuit, le prélude lorsque vous venez,Main dans la main et me prenez lentement, strophe après strophe, dans vos bras.Vous m’emporterez, tout là-haut, sur vos ailes. Amis, restez, ne vous hâtez pasEt dormez contre mes flancs pareils aux ailes d’une hirondelle fatiguée.Votre soie est chaude. A la flûte d’attendre un peu Pour polir un sonnet lorsque vous me trouverez secret et beauComme un sens sur le point de se dénuder. Ne parvenant à arriverNi à s’attarder devant les mots, il me choisit pour seuil. J’aime, de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 28 octobre 2009

MURALE...Extrait

Je rêverai, non pour réparer les chariots du ventOu une avarie de l’âme.La légende est à sa place, piègeDans le cours du réel.Le poème ne peut modifier un passé qui passeet ne passe pasOu interrompre le séisme.Mais je rêverai,Dans l’espoir que des pays s’agrandissent pour m’accueillir,Tel que je suis,Un des habitants de cette merQui a renoncé à l’interrogation difficile :« Qui suis-je ici-là ?...Le fils de ma mère ? »Les doutes ne m’assaillent guère.Les pâtres et les rois ne m’assiègent pas.Mon présent, comme mon lendemain, sont... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 16 juillet 2009

NOUS SORTIRONS

Nous sortirons. Nous l’avons dit : Nous sortirons.Nous vous l’avons dit :Nous sortirons un peu de nous-mêmes.Nous sortirons de nous-mêmesVers une marge blanche, méditer le sens de l’entrée et de la sortie.Nous sortirons d’ici peu.Notre père qui était en nous est rentré chez sa mère, le Verbe.Nous avons dit :Nous sortirons.Étrennez une foulée en d’un sang qui a débordé de nous Et inondé vos canons.Arrêtez, cinq minutes, ces avions en piqué.Interrompez, trois minutes encore, le bombardement par terre et par mer,Que sortent... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 16 juillet 2009

LA NUIT QUI DEBORDE DU CORPS

Jasmin sur les nuits de juillet. ChansonPour deux étrangers qui se rencontrent surune rue qui ne mène nulle partQui suis-je après ces deux yeux en amande?Dit l'étrangerQui suis-je après ton exil en moi? Dit l'étrangèrePrenons garde alors, à ne pas remuer le seldes mers anciennes,Dans un corps qui se souvientElle lui restituait son corps chaudEt il lui restituait son corps chaudAinsi les deux amants étrangers laissent leurs amours en désordreComme ils abandonnent leurs sous-vêtementsentre les fleurs des draps- Si tu es vraiment mon... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 11 juillet 2009

CANTIQUES...Extrait

(....)t’aimer, ou ne pas t’aimerje pars, je laisse derrière moi des adresses susceptibles de se perdrej’attends ceux qui reviennent ils connaissent les échéances de ma mort, et ils viennentToi que je n’aime pas lorsque je t’aimeles murs de Babylone sont étroits le jour, tes yeux sont largeset ton visage se propage dans la clartéComme si tu n’étais pas encore née. Et que nous ne nous soyons jamais séparés. Comme si tu ne m’avais jamais assassiné (...) . MAHMOUD  DARWICH .
Posté par emmila à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 2 juillet 2009

DISCOURS DE L’HOMME ROUGE

" Ainsi, nous sommes qui nous sommes dans le Mississippi. Et les reliques d’hier nous échoient. Mais la couleur du ciel a changé et la mer à l’Est a changé. O maître des Blancs, seigneur des chevaux, que requiers-tu de ceux qui partent aux arbres de la nuit ? Elevée est notre âme et sacrés sont les pâturages. Et les étoiles sont mots qui illuminent … Scrute-les, et tu liras notre histoire entière : ici nous naquîmes entre feu et eau, et sous peu nous renaîtrons dans les nuages au bord du littoral azuré. Ne meurtris pas davantage... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,