Canalblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
EMMILA GITANA
Visiteurs
Depuis la création 1 612 209
Newsletter
Archives
origine
17 juin 2016

HERITAGE SENAN

HERITAGE SENAN
Nous sommes du pays où la mer et le vent Ont donné aux rêves des enfants Le goût salin des pierres usées par les embruns Et la pluie compagne des chagrins Un pays si petit face au grand océan Qu'on ne voit pas son ombre au couchant Un trait sur l'horizon...
6 avril 2016

AMINA SAÏD....Extraits

AMINA SAÏD....Extraits
un instant nous avons existé d'avoir pressenti l'éternité de notre désir nous ne sommes plus totalement inconnus à nous-mêmes les sables de la parole guident notre pas en ce long chemin vers l'origine ... ton ombre vit de ce qui vient de la vague du tremblement...
20 janvier 2016

FLORILEGES

FLORILEGES
Je n’étais qu’interrogation dans le vent Et me suis fait mirage sans écho Je suis vague et langage. Un jour je me fondrai dans l’apocalypse et le brouillard Laissant closes toutes les portes de l’infini en attente du diable. Le fleuve des instants s’accroupit...
16 novembre 2015

ERRANTS ELDORADOS...Extrait

ERRANTS ELDORADOS...Extrait
Nous avancerons dans le brouillard des jours avec entêtement Car il faut avancer, vers ces pays promis, toujours en fuite, avancer sans répit, sans repères, riches de nos défaites et de notre espérance Ce qui n'a pas lieu sera ce qui pourrit, meurtrit,...
1 septembre 2015

L'OCEAN A MAL A LA TERRE

L'OCEAN A MAL A LA TERRE
Je suis hélas de ces étendues dont les lames rendent au ressac les corps à la dérive d'une vie de galères Je suis de ce monde dont on ne revient qu'à moitié Et que berce le flot viride de la mémoire tumultueuse Je suis de ce monde pour tout le mal de...
3 août 2015

DERRIERE LE DOS DE DIEU...Extrait

DERRIERE LE DOS DE DIEU...Extrait
Langue, ô clair moment de ce qui est nu sur son seuil vigueur de sève, effritement des visages – langue de clôture et de mutilation langue de chair et de fruits de toutes saisons, ce goût qu’il nous faut sans cesse entretenir – Que l’usure et la perte,...
10 juillet 2015

PATRICK ASPE

PATRICK ASPE
Des lianes de pistils Des fleurs de grands jours Des collines dressées aux arbres jaillissants Mille mots pour les attentes des germes Les soupirs dans l'avoine La terre N'appartient qu'à l'horizon des flammes Dans le premier labyrinthe Aux parfums des...
20 novembre 2014

MON PAYS MON NAUFRAGE

MON PAYS MON NAUFRAGE
À Yann Orveillon, « Voleur de feu » considérable. le pays d’où je viens n’est d’aucune mémoire et la mer en novembre y monte jusqu’aux bois les maîtres de naufrages attendent sur les dunes qu’un bateau étranger se perde dans les Passes le pays d’où je...
16 mai 2014

NOMADE...Poésie inédite

NOMADE...Poésie inédite
A SL C'est le printemps les bourgeons bruns des pommes Sont la promessse des fruits du jardin d'Eden Orient de mon coeur Andalousie de ma vie Toscane de mes amours à leur point du jour Mon pays est partout où elle demeure Mon campement est près de la...
23 septembre 2013

TREIZIEME POESIE VERTICALE...Extrait

TREIZIEME POESIE VERTICALE...Extrait
Refluer de tous les langages. Retrouver les mots À leur stade d’oiseaux en vol, Baisers qui s’échappent des lèvres Et s’en vont pour leur propre compte Trouver d’autres lèvres. Et comme il n’est pas possible D’atteindre la nudité des origines, Récupérer...
12 avril 2013

LE FEU DE CHAQUE JOUR...Extrait

LE FEU DE CHAQUE JOUR...Extrait
... Entre le faire et le voir, action ou contemplation, j'ai choisi l'acte des paroles : les faire, les habiter, donner des yeux au langage. La poésie n'est pas la vérité : elle est résurrection des présences, histoire transfigurée en vérité du temps...
5 février 2013

LES HEURES A LA NUIT

LES HEURES A LA NUIT
À nouveau seul sur cette grève de mon nom, sans que tu saches le référent. Tu es restée là dans le bleu du froid et le noir de ce mont qui a ses demeures, Te retrouvant toi-même dans cet adieu où tu me quittes sans te retourner, Et c’est qu’il me faut...
14 janvier 2013

LE BOIS DE VIVRE...Extrait

LE BOIS DE VIVRE...Extrait
Faite claire la parole est d’adieu du front à la terre Quand l’automne brûle Le silence s’assied nu au bord du message Et l’oiseau d’Afrique Monte à la blancheur éclatée de son aile L’enfant de raisin et de sable Ce loin d’exil Laissé par la nuit dans...
14 septembre 2012

MEMOIRE DU VENT ...Extrait

MEMOIRE DU VENT ...Extrait
et autour de ma face une civilisation en agonie Dans mes veines dans mes cendres vient l’éveil ; Je me lève, le monde est une maison autour de mon visage, Chaque fleur est poème. L’histoire vacille comme une proie L’histoire se fait plus vive - Quel feu...
23 juillet 2012

LE BALISEUR DES SONGES...Extrait

LE BALISEUR DES SONGES...Extrait
(...) à celle qui m'a nourri de miel de son sourire à celle qui habite mes veines et mes paupières inconsolées à celle qui m'a offert le cheval du vent le secret des épices le vol migratoire la tomate la sardine et le grillon à celle qui veille les secrets...
1 février 2012

L'ARIDE DES JOURS...Extrait

L'ARIDE DES JOURS...Extrait
...Et des mots se cherchent dans ma bouche. Désespérément. Des mots de glaise, d'ocre vif. Ils se rassemblent alors que le silence maçonne entre ciel et terre la paroi abrupte sur laquelle le temps s'écorche. Et moi : les doigts en sang qui ne savent...
8 octobre 2011

FRAGMENTS ET LOUANGES...Extrait

FRAGMENTS ET LOUANGES...Extrait
Ne cherche aucune issue, contente-toi de respirer. Etre présent, rendre présent le seuil ou le bord des falaises. Un jour entier sur la terrasse, transmettre, agrandir le matin. Il n'y a de secret que l'origine, l'offrande, la frondaison. . PIERRE DHAINAUT...
11 mai 2011

CE MAROC...Extrait

CE MAROC...Extrait
Sudique que je crée par la pluie et les éboulis que je transforme en lait nuptial pour des noces de torrents abrupte et seule face à la parole bouclée nouée Sudique m' émiettant en visages de pisé dans tes circuits d'oiseaux parents des nostalgies . Sudique...
13 novembre 2010

L'OR

L'OR
Issue de l'antre, ma vie s'inaugura par la force d'un martyr. Ainsi, je naquis en un curieux pays. Les hommes jouaient leurs vies pareils à des automates. Leurs yeux avaient la pupille creuse et les prunelles sans couleur. Tous avaient entendu parler...
28 septembre 2010

INVISIBLE ORDINAIRE...Extrait

INVISIBLE ORDINAIRE...Extrait
Un jour on te demandera raison de ton émerveillement d'enfant désarmé tu répondras : J'ai perdu pieds dans la louange je suis un chant dans la bouche du fleuve et quand m'étreint la joie entre ses hanches riveraines je m'en reviens au lieu de ma naissance....
<< < 1 2 3 > >>
EMMILA GITANA
Pages
Tags
Derniers commentaires