mardi 27 juin 2017

LES JARDINS DE L'ARTHROSE ‒ Extrait 1 et 2

Van Gogh a peint ce soleil qui répand son soufre sur les jardins de l'arthrose Comment en verrions-nous la lumière aveuglante Mais nous savons que c'est ici à des fractures mal scellées à des divorces de jointures à de froides incandescences Il m'arrive l'image noire de buissons retournant contre eux-mêmes leurs épines greffes de la folie Les oiseaux ne se posent pas ils s'accrochent à quelque défaut de paroi à quelque frottement de branches contrefaites ils ne jouent de la flûte ni du violon mais du bec cela fait ... [Lire la suite]

samedi 24 juin 2017

EXPRESSION DU VOYAGE INTERIEUR

«Aux dernières tables de la nuit Et pour en être là que faut-il Je rêve à des femmes comme des poèmes Dans l’alphabet des oiseaux Lorsque l’amour est une momie Les gens qui dorment comme des oiseaux Chacun un cristal de nuit Sont des petits jardins Plongés dans l’eau des rêves Où tout est fou Rêves  à de grandes lunes Qui les éclairent  du dedans A perte de vue Et l’amour est une allée Jonchée de baisers  Et d’aube Ne réveillez pas l’enfant qui dort La folie est aux cimes des arbres belle de... [Lire la suite]
dimanche 21 mai 2017

DE TERRE ET DE BLEU...Extrait

Je connaisles matins sableuxoù la langue grinceet s'empêtreoù les mots n'ont de réalitéque la lumièreincertaine.Je connais ces rêves fousfixés sur une page mutilée,terre mise à nulabouréeune fois de plusune fois de trop.Je suis du pays de ta voixet n'ai placeen nul autre songe..   AGNES SCHNELL   .      
Posté par emmila à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 9 mai 2017

ABDELLATIF LAÂBI...Extrait

Je me sens sur cette charnière de l’être entre vie et mort, entre un soleil qui se meurt et un autre dont le lever est confisqué, entre deux planètes, deux humanités qui se tournent le dos, deux langues qui se parlent tellement dans ma bouche qu’elles me font bégayer, entre folie d’espoir et retour de bâton du désespoir. Que d’entre ! Mais tout cela donne un être vivant, pas plus. Le fait d’être sur une charnière me rend attirantes toutes les autres et me met sur leur chemin. Car, de par le monde, il n’y a pas que l’Orient et... [Lire la suite]
lundi 24 avril 2017

DERNIER POEME

" Mon dernier poème au Peuple Haïtien avant de quitter le sol qui m’a vu naître écrit le 29 novembre 2016. Ce Peuple en gestation d’une nouvelle victoire contre l’obscurantisme." Gérald Bloncourt . La colèreest en moije hume l’existenceje me heurteaux fils de fer barbelésde la désespéranceje franchis les ruisseauxboueux de l’inquiétudeMartissant, Carreour-feuille,Bizoton, Jérémie, Jacmel,Pétionville, Port-au-prince,l‘Ile de la Gonave,bruissants de misèreL’azur est en folieTout se mêleS’entrecroiseEt se noueJe sonde l’espace... [Lire la suite]
lundi 10 avril 2017

LES ROCS...Extrait

Merci Thami Ils ne le sauront pas les rocs, Qu'on parle d'eux. Et toujours ils n'auront pour tenir Que grandeur. Et que l'oubli de la marée Des soleils rouges.     Ils n'ont pas le besoin du rire Ou de l'ivresse. Ils ne font pas brûler Du souffre dans le noir. Car jamais Ils n'ont craint la mort. De la peur Ils ont fait un hôte. Et leur folie Est clairvoyante.       Et puis la joie De savoir la menace Et de durer. Pendant que sur les bords, De la pierre les quitte Que la vague et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mercredi 5 avril 2017

ALBERT AYGUESPARSE...Extrait

Rien ne grandit ici qui n’ait le poids de l’ombre.La nuit même se cueille avec des gants de suieEt son bouquet se fane entre les mains des pluiesEt l’on dit que son cœur est plein de graines sombres.Le monde surprenant des bêtes endormiesGlisse dans les chemins et laisse un long remousDe sueur et de lait à la robe des loups.Les pieds dans les cailloux, je t'attends, mon amie.Car sans toi ma journée est perdue et s’en va,Comme tant de journées, se mêler à l’oubli,Si tu lèves le bras, les murailles d’ortiesN’arrêtent plus le sang de... [Lire la suite]
dimanche 26 mars 2017

ESPERANCE...Extrait

"Persévérer à chercher davantage la saveur que le savoir, le balbutiement que la rhétorique satisfaite. Persévérer en ces temps de fer à faire crédit à ce qui est fragile, à ce qui vacille, à ce qui fait faillite. Persévérer à avoir foi en chaque homme, ... à préférer être déçu dix fois plutôt qu’hostile une seule fois. Persévérer à n’investir que dans le sable qui coule entre les doigts et dans les espérances non cotées en bourse. Persévérer à croire que l’instinct primordial en chaque homme est la vénération et que c’est la... [Lire la suite]
mardi 14 mars 2017

AINSI PARLAIT ZARATHOUSTRA...Extrait

"Quelle est la plus haute espèce chez l’être et quelle est l’espèce la plus basse ? Le parasite est la plus basse espèce, mais celui qui est la plus haute espèce nourrit le plus de parasites. Car l’âme qui a la plus longue échelle et qui peut descendre le plus bas : comment ne porterait-elle pas sur elle le plus de parasites ?   -  l’âme la plus vaste qui peut courir, au milieu d’elle-même s’égarer et errer le plus loin, celle qui est la plus nécessaire, qui se précipite par plaisir dans le hasard : – – l’âme qui est, qui... [Lire la suite]
dimanche 11 décembre 2016

SOMNAMBULE

Je garde sous la peau mon costume de mortavec à l'intérieur le long poignard de l'aubema voix se couvre mon ombre et moi nous sommes seulset je laisse sur l'eau des blessures insenséesJe suis à bout de peau je fais des métiers d'absenceje descends dans le corps des oiseaux somnambulesj'éteins les ombres blanches sur le miroir des mortset la couleur du monde s'est perdue en cheminJe vois le ciel pendu à des crochets de plombje vois des marées mortes dans le sang blanc des algueset sur les seuils de pierre des bracelets d'oiseauxDans un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,