samedi 10 septembre 2016

PEAU NOIRE, MASQUE BLANC ...Extrait

Merci Adéla   Il ne faut pas essayer de fixer l’homme, puisque son destin est d’être lâché.La densité de l’Histoire ne détermine aucun de mes actes.Je suis mon propre fondement.Et c’est en dépassant la donnée historique, instrumentale, que j’introduis le cycle de ma liberté.Le malheur de l’homme de couleur est d’avoir été esclavagisé.Le malheur et l’inhumanité du Blanc sont d’avoir tué l’homme quelque part.Sont, encore aujourd’hui, d’organiser rationnellement cette déshumanisation. Mais moi, l’homme de couleur, dans la mesure... [Lire la suite]

jeudi 21 juillet 2016

ETOILE D’ÉMERAUDE ET DE REVOLTE POUR LE CAMARADE

A Joël Rufino dos Santos   Je ne veux pas faire un poème.Ce que je veux c’est allumer une étoilepour alimenter l’espérancede Joël, un camaradeprisonnier parce qu’il aimaitpenser et parler,raconter une histoire nouvelle,celle dont le crime insupportableest d’être simplement l’Histoire.C’est une étoile faite d’amour.Même si se multiplient ses rayonsqui déchaînent la révolte,en son centre coulent des fleuvesde tendresse et de joie.Mais qui aurait dit, Joël,qu’un jour l’amour de cette patrieaurait un goût de fiel.Que cette étoile... [Lire la suite]
mercredi 20 juillet 2016

PATRICK ASPE...Extrait

Quand l'homme s'endort sang d'or sur les pages de son histoire toutes les femmes fragiles toutes les femmes éprisent du vent des temps terrifiants défient les révolutions les révolutions des errants beaux jardin d'or dort dans ta mémoire tes chevaux libres dans la fuite de l'errant le bataille de l'Ebre saigne encore dans ta tête qui chantait l'Internationale danse alors ton sexe luisant qui brille dans la nuit de tes étreintes aux yeux des filles que tu n’aimes plus couteau tranchant des oublies tu t'endors sur des rêves de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 13 juillet 2016

JOEL GRENIER

Ce devait être écrit quelque part, sur une table des lois oubliée. En langue étrangère, en message codé.Sur une page blanche qui fuyait sa marge ou sur une plus noire qui ne demandait qu'à ouvrir un tout autre chapitre jusqu’à la conclusion.Ce n'est pas un roman, plutôt une nouvelle. Un livre cent fois lu qui toujours recommence et la plume posée sur le bord des bougeoirs ne trace après tout qu'une ligne au destin.Aux rayons de la lune, le ciel s'allume de verbes jamais conjugués au plus-que-futur parfait.Et si je ne sais pas lire, je... [Lire la suite]
mardi 12 juillet 2016

UNE BOUSSOLE

Choses sont mots. Quelqu'un - mais qui, mais quoi? -                        Nous écrit: cette incessante graphie                        Inextricable et qui ne signifie                       ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 27 mai 2016

TAHAR DJAOUT

« Je suis le déterreur de l’histoire insoumise et de ses squelettes irascibles enfouis dans vos temples dévastateurs. Je ne cautionnerais jamais vos cieux incléments et rétrécis ou l’anathème tient lieu de credo. Je ne cautionnerais jamais la peur mitonnée par vos prêtres-bandits des grands chemins qui ont usurpé les auréoles d’anges. Je me tiendrais hors de portée de votre bénédiction qui tue, vous pour qui l’horizon est une porte clouée, vous dont les regards éteignent les foyers d’espoir, transforment chaque arbre en cercueil. » ... [Lire la suite]

dimanche 24 janvier 2016

L'ÂGE DES SIECLES

Une bourrasque féroce s'abat sur les moissons les hurlements claquent les champs une buée cahoteuse aveugle les frusques du désert la poussière des sables danse avec les pas du vent les présences mémorielles s'affolent entre les mains du sirocco l'amoncellement des nuits orphelines s'effondre en sanglots une goutte de sang prémonitoire sombre dans une marche blanche la folle guerre s'empare des frontières un fantôme rôdeur pénètre la ville tranquille se jette sur les gardiennes du sol les muses silencieuses offrant la... [Lire la suite]
lundi 2 novembre 2015

JONAS...Extrait

... voilà, amour tout est prêt maintenant tu peux naître ! ta vie est neuve mais porte, empreintes en ton corps-âme : l’histoire des tiens et toute la capoeira de la forêt primordiale ... dangers, danses et défenses peurs et prostrations inscrits en toi en miniature attendent leur moment pour éclore le chant de tes ancêtres est le nid d’où tes rêves prendront leur envol  ...  . . . NANCY HUSTON . . .   Photographie Nathalie Magrez              
mercredi 28 octobre 2015

DE L'EXIL

Légers les martinets dans l’oblique des rais Suivent le vent, éclairs légers Ton regard les suit. Tu as fui le ciel chargé de la guerre Tu te souviens, les ombres Le pas rouge de l’aube Te voilà posé sur l’autre rive Tout déborde dans tes rêves La lumière, les collines, les feuilles Ton histoire n’émeut personne Tu te perds dans le halo des âges. Rien, la vie ou le vide t'ensevelit La nuit, l’autre face du rien L’horizon, son étendue vide Les étoiles, des points de lumière Où tu deviens nomade Et plus tard l’oasis, l’imposture ... [Lire la suite]
dimanche 23 août 2015

COEUR PAR COEUR...Extrait

À la faveur de la nuitNoir comme on dit nuit  noir comme on écrit ce soir  sans plume sans encre et sans soucinoir profond et radieux la lueur en fin de lignelumière enfin  lumière aux mainssoleil en tête  et voie lactéeliberté qui suit dans nos pas croisés.Profondément sombre mais sans ombre pourtantla vie coule au fond  des marges perdues.La nuit règne ici  comme à ses plus beaux joursla vie passe ainsi du noir au blanc  du blanc au gris  avec ses beaux dégradésses effacements  ses... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,