dimanche 31 janvier 2010

L'HOMME - CAILLOU....Extrait

“ Quand un homme a le pouvoir d’apporter Lumière dans les ténèbresde dénouer les complications et les ambiguïtés des apparencespour rendre visible l’évidencede mêler vie et mort pour que vie pèse plus lourdil a pour nom poète ”. JEAN  PELEGRI .
Posté par emmila à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 7 octobre 2009

POETE

La poésieest la façon la plus belle…De mourir de faim. La plus tristepour quêter un souvenir. La plus pauvreparmi la misère. Faire de la poésie :c’est se poignarder vers après verspar amour de la vie. . HUMBERTO  AK'ABAL . Photographie Fabrice Delannoy
samedi 18 juillet 2009

UN JOUR APRES LA VIE...Extrait

Le poète est passé : un remous dans l'argilese dresse en monument,avec soudain le bras qui se profile,la lèvre et l'œil aimants ;Le poète est passé : le ruisseau qui hésite,devient fleuve royal ;il n'a plus de repos ni de limites ;il ressemble au cheval.Le poète est passé : au milieu du silences'organise un concert,comme un lilas ; une pensée se pense,le monde s'est ouvert.Le poète est passé : un océan consumeses bateaux endormis.La plage est d'or et tous les ors s'allumentpour s'offrir aux amis.Le poète est passé : il n'est plus de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 12 juillet 2009

DESARROI DU FONCTIONNAIRE

L'Ere démocratique a bouleversé bien des données et ébranlé bien des certitudes. Je me suis souvent demandé quelle idée peuvent rétrospectivement avoir du système qu'ils ont servi le policier discretement en faction aux environs de la maison de Mouloud Mammeri, le flic affecté à la surveillance de Kateb Yacine, les "tacherons" chargés de torturer Bachir Hadj Ali, les commis (faux magistrats, gardiens de prison...) qui ont mené la vie dure à des hommes donnés aujourd'hui comme exemples de droiture, de patriotisme, de conviction... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 9 mai 2009

L'EVANGILE DU GITAN...Extrait

"Je suis habité par un poète.    Ils pensent tous que c'est moi parce que c'est moi qui écris,    mais c'est lui qui jour et nuit m'oblige à supporter ses tourments.    Il prend ma main, la fait glisser sur la feuille,    il pense et j'écris ses pensées sans rien dire."    Jean-Marie Kerwich  .    
Posté par emmila à 13:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 23 mars 2009

OU LA FOUDRE TOMBE

Pour saluer Jacques Berque      A Beyrouth, soeur d'Antioche, amie d'Athènes Un poète est debout    Face aux portes de la mer    Son ami Jacques Berque à ses côtés    Je le vois canne en main    Il imagine que sa voix est une flûte    Qui se brise dans sa gorge    Et sa gorge un feu du nom d'Allah       Poète    Dans sa chair profonde    ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 9 janvier 2009

POÈTES DE L'AVENIR

  Poètes de l'avenir! orateurs, chanteurs, musiciens l'avenir!         Ce n'est pas à moi maintenant de justifier ni répond qui je suis,         Ce sera à vous, la classe nouvelle, indigène, athlétique continentale, plus grande jamais vue,         De vous dresser et me justifier, oui à vous!               Moi je n'ai guère écrit qu'un ou deux mots d'indication       pour le futur, Je... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 15 octobre 2008

EL POETA

"Toi tu te crois différentParce qu’on t’appelle poèteEt que ton monde bien à partEst par delà les étoiles.De tant regarder la luneTu ne sais plus rien regarder.Tu es pareil au pauvre aveugleQui ne sait pas se diriger.Va-t-en regarder les mineurs,Les hommes dans le champ de blé,Et chante-les, ceux qui luttentPour gagner un morceau de pain.Poète aux aimables rimesVa-t-en vivre dans la forêt,Et là tu en apprendrasSur les misères du bûcheron.Partage la vie du peuple,Regarde-le du dedans,D’abord il faut être un homme,Et poète... [Lire la suite]
vendredi 10 octobre 2008

MARIA ZAMBRANO

"La poésie appartient à ce genre d'activités qui ne se pratiquent que sous l'empire du destin" ... . Quelques poètes lucides (...) ont su que la nostalgie qui les dévore non seulement se rapportait à l’enfance, mais à un temps antérieur à tout temps déterminable. Et ils savent que leur passion de la parole a pour but de lui rendre son innocence perdue grâce à laquelle la leur serait retrouvée ; en vérité atteinte. . . .   MARIA ZAMBRANO . . .
lundi 8 septembre 2008

NAITRE

Plus je regarde à mon passéEt plus je m'apparais béantTerreur d'être sans fondementO ma mère terre où es-tuTant aimé j'ai aimé si peuQu'encore aujourd'hui je ne saisQuel sens donner au mot donnerO ma mère terre où es-tuPardonnez-moi j'ai trop reçuSans en être jamais conscientCoupable de ce manquementO ma mère terre où es-tuToi qui seule m'auras manquéJamais je ne fus ton enfantVieux je t'appelle maintenantO ma mère terre où es-tuLa lie du non-amour sans fondMe vient aux lèvres comme aux yeuxC'est son dégoût qu'en tout je veuxO ma mère... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,