samedi 30 juin 2012

TOI, L'OBSIDIENNE

A Caroline Ortoli   . J’aime ton éclat vitreux, hyalin, la noire, la silicieuse, issue d’une lave acide, la rhyolite. — Ô toi, sœur de la basaltique ! Merci à toi aussi le Romain Obsius, de l’avoir trouvée ! Noire ainsi que l’Éthiopienne et son café. Grâce à tes éclats,  à ta cassure conchoïdale, à ta dureté tranchante, tu es devenue une arme, la flèche de l’homme préhistorique, avec ses racloirs et couteaux effilés, ses fers de lance. — Toi, pierre de feu !   Extraordinaire est ta singulière beauté,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 24 octobre 2011

LE LIVRE DE SABLE

La ligne est composée d'un nombre infini de points; le plan, d'un nombre infini de lignes; le volume, d'un nombre infini de plans; I'hypervolume, d'un nombre infini de volumes... Non, décidément, ce n'est pas là, more geometrico, la meilleure façon de commencer mon récit. C'est devenu une convention aujourd'hui d'affirmer de tout conte fantastique qu'il est véridique; le mien, pourtant, est véridique. Je vis seul, au quatrième étage d'un immeuble de la rue Belgrano. II y a de cela quelques mois, en fin d'après-midi, j'entendis... [Lire la suite]
mercredi 18 mai 2011

LA PETITE FILLE ET LA POESIE

Il était une fois, dans un je ne sais où, une petite fille. Cette petite fille voulait découvrir la Poésie, ce je ne sais quoi qui embellit la vie. Car tout était triste autour d’elle. Un voile d’ombres et de brumes l’entourait, un rideau de pluie et de larmes mêlés. Cette petite fille sans nom, ce je ne sais qui, avait dans le cœur une chanson, une mélodie qui l’accompagnait et la rendait plus gaie. Elle aurait voulu que tout fût gai autour d’elle, cela la rendait toute triste de voir un univers sans couleur, des ombres de vie. C’est... [Lire la suite]
dimanche 17 juin 2007

TERRE DE MAGIE

Ne restent ni vengeance, ni querelle Entre le gardien des jours et moi Chacun s'en est allé Entourant son histoire d'une clôture de nuages Chacun a reconnu ses frontières Ma terre demeure terre de magie J'illusionne l'air Je blesse la face de l'eau Et m'échappe d'une bouteille à la mer                                 ADONIS              ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,