dimanche 31 mai 2020

LETTRE A L' ARTEMISIA ANNUA

  Au Professur Didier Raoult, conspué par tous les malfaisants de la science sans conscience .   Artémisia annua, je te vénère, toi plante maîtresse (toi et tes semblables) qui depuis des milliers d'années a sauvé des millions et des millions de vie que la grande faucheuse universelle s'apprêtait à trancher sans état d'âme ni préjugés d'âge, de race, de condition sociale. Entre quelles mains criminelles, nous les humains dépourvus de fondations solides, de transmission authentique, dévastés par la propagande... [Lire la suite]
Posté par emmila à 05:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 30 mai 2020

PAROLE POUR GEORGES FLOYD

George Floyd, tragiquement décédé après avoir été interpellé par les forces de l’ordre, jouissait d’un passé très glorieux : rappeur, il était proche de DJ Screw, une véritable légende à Houston George Floyd, citoyen américain de 46 ans, est mort entre les mains de la police. De nombreuses images montrent un policier appuyer longuement sur sa gorge avec son genou alors qu’il était au sol, immobilisé par un plaquage ventral opéré par deux autres agents de police. De son vivant, George Floyd a participé à l’une des émulations les plus... [Lire la suite]
samedi 30 mai 2020

LA POESIE ECLOT SOUS LA PEAU DIAPHANE DES MOTS

... Il n’y a d’ailleurs que dans le bruissement de l’eau qui court entre les pierres, le feulement du vent sur la plaine, l’alarme, le frémissement soudain des arbres, le fouet de l’été qui cingle le maquis ébloui à la verticale d’un cri… et plus tard au couchant, un murmure : la lumière radieuse, douce et franche qui redessine l’horizon et semble abolir à jamais la peur ancestrale des abîmes. ... Midi : le chant des cigales enflamme les collines, l’énigme du monde s’époumone. ... Ecriture tremblée, approche... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
vendredi 29 mai 2020

PICCOLI, DABADIE, BEDOS...MERCI MON DIEU D'ALLER VOUS OCCUPER AILLEURS

Mon Dieu, (Oui, ce matin, je m’adresse à Dieu.)   Mon Dieu, (C’est quasiment une lettre d’intérieure mais post-augustintrapenardesque. Une lettre d’intérieur que j’adresse à Dieu. Parce qu’il n’y a pas de raison, parce qu’il faut toujours viser haut, parce qu’il vaut mieux s’adresser au Bon Dieu qu’à Amazon, ça fait moins de tort aux libraires.) "Mon Dieu, (Je précise que c’est la première fois que j’écris à Dieu, j’ai écrit au Père Noël mais il y a longtemps. A Dieu, jamais. Je pense que le mieux pour s’adresser à Dieu,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 29 mai 2020

LES JOURS S'EGRENENT

Ce matin gris ciel, je sens la couleur métallique jusque dans ma chair. Pas un souffle dehors . Les fleurs de balcon ne souffrent de rien , elles sont là,  c 'est tout. Au mur , un pêle-mêle de dessins accroche le regard . Des citrons roses et verts, des santons, des moutons, une ruine qui sert à un arbre pour prendre racine et dont le feuillage chapeaute l'ensemble, un village perché, un vol de flamands au dessus des salins , une rose trémière grimpe une falaise et encore du lierre qui s'attache ou il va mourir . On voyage en... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 28 mai 2020

GUY BEDOS - HOMMAGE

  " Si j'avais un drapeau, mon emblème serait le bras d'honneur...." Guy Bedos   . ...  Né le 15 juin 1934 à Alger, dans une famille pied-noir d’origine espagnole, il grandit dans la violence. Son père, Alfred Bedos dirige un laboratoire de produits pharmaceutiques. Sa mère, Hildeberte Verdier, est la fille du proviseur du lycée d’Alger. Le couple se sépare alors qu’il est encore très jeune. Guy Bedos ne reverra son père que de loin en loin. Sa mère se remarie avec un homme qui la bat. Elle frappe son fils en... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

jeudi 28 mai 2020

CHEMIN DE PLUIE ET D'ETOILES Tome I...Extrait

Pour tes douze ans, mon Cé, en pensée et en coeur avec toi... . " J'ai tant appris de vous,les hommes,J'ai appris que tout le mondeveut vivre au sommet de la montagnesans savoir que le vrai bonheurest dans la manière de l'escalader. " Gabriel Garcia Marquez  .   Parce que l'hommetoujours doit savoir rêverParce que l'hommetoujours doit savoir aimerParce que l'homme toujoursdoit savoir douterParce que l'homme toujoursdoit savoir s'indignerParce que l'homme toujoursdoit savoir être un enfantParce que l'hommetoujours doit... [Lire la suite]
mardi 26 mai 2020

LES RÊTS DE l'OISELEUR....Extrait

Les sutures du ciel s’ouvrentEt j’embrasse la nuitEmpreinte d’algues amèresChues des récifs perdusJe déclamerai encoreLe chant rauque des ténèbresJusqu’à épuisementDes fibres de la nuitJe chanterai jusqu’à la possession totaleDes orgues nébuleuxJusqu’à estomper tous les bruitsOphtalmiques de la nuitJe chanterai jusqu’au momentOù l’aube pourchasseraLa dernière étoile« Assumerai-je la cruelle destinéeDe Vivre dans ma peau provisoireOu ai-je un strapontinSur une branche d’étoile ? »Mais le chant rétif à mes lèvresAttarde ses arpègesSur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 26 mai 2020

RESURRECTION

Tahar Djaout ,journaliste, écrivain et poète, tombé sous les balles des tueurs du " FIS " ( de deux balles tirées à bout portant en pleine tête ) le 26 Mai 1993, et décédé le 2 Juin 1993...   « Je suis le déterreur de l'histoire insoumise et de ses squelettes irascibles enfouis dans vos temples dévastateurs. Je ne cautionnerais jamais vos cieux incléments et rétrécis ou l'anathème tient lieu de credo. Je ne cautionnerais jamais la peur mitonnée par vos prêtres-bandits des grands chemins qui ont usurpé les auréoles d'anges. Je... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 26 mai 2020

DIEU, LE SILENCE ET MOI...Extrait

Un jour, je trouverai ma voix d'oiseauMa chanson d'âme Un jourInlassable quêteur de la QuestionPage blanche échappée d'un cahier de vieCristal ivre jeté dans l'incalculableSans syllabaire et sans habit de motsJe ferai l'in-voyage du silenceJ'habiterai des sous-bois de terreEt l'intérieur du vent. Un jourChercheur d'ImprobableVoyageur égaré de son soiAu profond des transparencesJ'irai froisser la mémoire et l'oubliChercheur de véritéEncore debout dans mes rêvesAccroupi dans la mortAu bilan de la raisonJe traquerai le faiseur d'âmes. ... [Lire la suite]